Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'un Picard en Luberon
  • : Le blog du grand!!!Cela fait maintenant 14 ans que vous me lisez assidûment et je vous en remercie. Mon but est de faire profiter mes amis des bons moments que je passe en Provence et dans mon activité de Maire,entouré d'une si belle nature ainsi que la rencontre d'amitiés très fortes.Vous avez droit à tous mes états d'âme sur mes lectures , spectacles expos,rencontres. Enfin tout ce que je pense!!!!!Mais avec humour,dérision et poésie.Ce blog a été créé pour donner de mes nouvelles à tous mes amis et tous mes patients de Picardie auxquels je reste très attaché et qui me le rendent bien en m'envoyant régulièrement des mots doux. De nouveaux articles paraissent très régulièrement.Il y en a maintenant plus de 1500. INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER en donnant votre adresse mail à gauche du blog pour être prévenu automatiquement et de façon anonyme de la parution d'un nouvel article .Pour consulter tous les articles , cliquez sur "liste complète " à droite mais vous pouvez rechercher un sujet particulier dans la rubrique"rechercher"(à gauche) Pour voir les albums de photos à droite cliquez dessus et agrandissez les photos.
  • Contact

Recherchez Un Article Avec Un Mot Clé

Avant-propos

Les grincheux ,sectaires, conventionnels et intolérants n'ont pas accès à ce blog.
J'essaie en effet d'y retrouver l'amitié, la tolérance , la dérision , la confidence ,la poésie et l'amour de la nature.

Ceux qui m'acceptent tel que je suis sont les bienvenus.       

Voici des fruits , des fleurs , des feuilles et des branches,
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous ,
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux
                                                    Paul Verlaine

 

23 avril 2018 1 23 /04 /avril /2018 20:14
Les cochons ( ce n'est pas gentil pour ces animaux sympathiques)
Les cochons ( ce n'est pas gentil pour ces animaux sympathiques)
Les cochons ( ce n'est pas gentil pour ces animaux sympathiques)
Les cochons ( ce n'est pas gentil pour ces animaux sympathiques)

Il existe "balancetonporc" pour le harcèlement,je propose de créer "balancetoncochon" pour tous ceux qui balancent les papiers par la fenêtre de leur voiture,que dis-je,leurs boîtes de bière,leurs bouteilles d'eau,leurs mégots et j'en passe et des meilleures.

L'incivilité est parmi nous.Je crois que c'est la chose qui m'énerve le plus.Dernièrement,en vélo,je me suis amusé à compter les détritus lancés des voitures sur le bord de la route: j'en ai dénombré 140 sur 5 km,la route D973 qui passe sous notre village bien aimé.

J'ai envie d'insulter le conducteur de la voiture qui me précède quand je vois gicler une bouteille vide.Pour moi c'est un vrai délit ; un délit de non assistance à la nature en danger.

Et que dire des mégots retrouvés devant les portes par les fumeurs alors qu'une vieille boîte de conserve pourrait faire l'affaire.

Que dire des points de regroupement pour la collecte des déchets disséminées dans le village afin que chacune et chacun puisse réaliser un tri sélectif au lieu d'entasser tout dans sa poubelle perso.C'est une désolation permanente avec des administrés qui viennent la nuit pour saloper un endroit que les employés municipaux s'évertuent à rendre propre. Cartons,frigos,matelas,alors qu'une déchetterie est à nos portes et bouteilles à terre alors que le conteneur à bouteilles est à portée de mains.Ceux qui font cela ne devraient pas être fiers,mais se rendent-ils compte ? je n'en suis pas sûr!

Quelle catastrophe,quel manque d'éducation,quel manque de civisme!!

Que dire également de ce service de ramassage des végétaux une fois par mois presque en porte à porte ,service unique en Vaucluse,pour des gens qui font n'importe quoi,qui mettent leurs branchages n'importe où,contre un poteau d'incendie ou un grillage (impossible à ramasser au tracto) et qui ne respectent pas l'environnement des voisins en pratiquant une pollution visuelle dont ils se tapent.

Dans les autres villages les gens déversent leurs saloperies en Durance.Ce n'est pas mieux.

Alors,alors,il va falloir reprendre l'éducation à la base,c'est à dire chez les enfants,dans les écoles,en démontrant aux petits l'utilité et l'importance du civisme pour ,peut-être,retrouver un environnement correcte dans quelques années.Mais,en attendant, que de désolation et que de déception.

Je ne me souviens pas d'avoir vu ce genre de comportement dans le Nord il y a quelques dizaines d'années et je pense que l'éducation n'est plus du tout ce qu'elle était,ni à l'école mais surtout ni dans les familles.

Je suis peut être un vieux machin mais avoir un village propre n'est pas un problème d'âge mais de savoir vivre,en particulier de savoir vivre en société.L'individualisme et l'égoïsme ont pris le dessus et on ne peut que le déplorer.

Alors "balancetoncochon" est amusant,certes,mais presque devenu nécessaire,non ?

Après ce coup de gueule,je pars faire le tour des lacs italiens en tandem.J'espère que les azalées,les rhodos et jasmins de printemps seront au rendez-vous de l'odorat et du plaisir des yeux.Cela me changera de certains comportements.

Bonne nuit les petits

On attend toujours un peu de la part de beaucoup qui n'en montrent aucun.

 

          Pierre Daninos

Partager cet article

Repost0
19 avril 2018 4 19 /04 /avril /2018 07:57
Changez de vieChangez de vieChangez de vie

Changer de vie ou la booster: j'entends cela régulièrement chez des jeunes mais aussi dans les médias: pour éviter la monotonie et la dépression ,il faudrait changer de vie !! Il était rare de penser à le faire il y a quelques dizaines d'années.Il était même rare de le penser tout court.On était né en Picardie,on y restait.On était employé ,exploité et malheureux,on subissait.On était mal en couple,on s'engueulait mais on ne partait pas.Tous nos parents et grand-parents pensaient qu'ils devaient subir et continuer à vivre quelquefois une vie de merde mais de vivre quand même.

Ce n'est plus le cas actuel avec la quête du bonheur jusqu'auboutiste.On part,on divorce ou on se sépare , on change de job,on aspire à vivre pleinement notre passage sur terre,en écartant tout ce qui peut entraver ce changement.Les médias aident à cela dans leurs reportages.

Quand je parle de changement , je veux parler surtout d'entreprendre au sens étymologique du terme et donc,de ne pas subir la vie mais de la croquer.Car le changement n'est pas seulement le fait de changer de région ou de métier mais d'évoluer et de ne pas se contenter d'un statut où le bonheur est perçu comme être absentJe dirai même mieux , où la passion est absente.

Personnellement,j'ai souvent changé de vie et c'est sans doute la raison qui m'a permis,jusqu'à ce jour,d'être en action,en forme,quelques fois euphorique (jusqu'à ce jour) ou plutôt tendu vers l'avenir,même si on se nourrit toujours du passé et ce n'est pas Freud qui me contredira.

En effet,notre avenir dépend très étroitement de notre passé,MAIS,mais,l'avenir doit toujours tirer les leçons du passé et il n'est jamais trop tard car il reste toujours du temps devant soi,sauf condamnation médicale irrémédiable.(et il en existe malheureusement).Le changement de vie est un étage ajouté à la fusée de la vie mais les étages inférieurs ,c'est à dire votre passé,sont un socle que vous ne pourrez jamais oublier ,qui servent de socle mais qui doit vous servir à tirer les leçons de ce que vous voulez et surtout de ce que vous ne voulez plus.

La première chose à comprendre c'est qu'il faut avoir le courage de vivre la vie que vous souhaitez et pas celle que les autres attendent de vous.Pourquoi changer de vie me direz-vous,et bien parce que la monotonie engendre l'ennui qui donne des signes de tristesse et même de dépression avec  toutes les maladies à la clé et SURTOUT,surtout,qui engendre du regret,le regret d'être passé à côté de quelque chose et même,quelquefois,à côté de sa vie.

Bien entendu il ne faut pas faire n'importe quoi et se poser les bonnes questions avant la décision:est-ce que je m'ennuie dans mon job ? suis-je vraiment heureux avec ma compagne ou mon compagnon ? êtes-vous,ou plutôt,serez-vous capable d'endurer votre situation actuelle toute votre vie ?êtes-vous prêts à faire quelques sacrifices pour cela ? n'êtes-vous pas dans le fantasme ou êtes-vous bien dans la réalité ?

N'oubliez pas qu'un changement de vie va impacter le futur mais ne changera que très rarement vos défauts majeurs et ne changera votre caractère qu'à la marge.Un sectaire ne deviendra que très rarement tolérant en changeant de vie,néanmoins,un changement de vie améliore souvent la vision des choses mais aussi de soi.

Ne vous retournez pas un jour en disant:" j'aurai dû faire ceci ou cela" car il sera trop tard et vous vivrez alors au temps des regrets.

Nous ne changeons pas toujours de vie intentionnellement.Personnellement ,pendant ma jeunesse ou pendant mon adolescence,je suis passé d'une pauvre maison de Picardie à un lycée tout neuf pour être pensionnaire à 11 ans,ne rentrant que tous les 15 jours,découvrant,le confort (le chauffage l'hiver,la douche etc..) .J'ai ensuite changé de vie en étant carabin et travaillant pour payer mes études,puis je me suis installé médecin à la campagne,ma vraie vocation car j'aime les gens et j'avoue avoir été très heureux pendant cette période , même si le burn out m'a fait quitter cette profession hors du commun.Quinze ans après,j'ai toujours d'excellentes relations avec mes patients qui m'écrivent ou qui passent me voir.Ce ne peut être qu'un résultat du bonheur passé ,peuplé d'excellents souvenirs.Mon changement de vie le plus récent concerne bien sûr  l'élection à la mairie de Puget en 2008 ,mandat pendant lequel j'ai tant appris et , depuis plus de 10 ans,ce que j'aime le plus au monde c'est à dire l'activité médicale à Médecins du Monde à Marseille,un foisonnement de contacts humains hors pair.

Tout cela booste car il y a toujours,dans ces cas là,une remise en question personnelle,un apprentissage,une découverte d'un monde jusque là inconnu et donc un enrichissement intellectuel indéniable.

Mais,si,au cours de ces années,j'ai essayé de changer de vie dans ma profession j'ai aussi évolué ailleurs.L'évolution professionnelle,l'informatisation,le changement de cabinet mais également dans mes activités de loisirs avec le vélo,le tennis,le golf,l'alpinisme,la course à pied,tout cela avec des cycles que j'ai évalué à 7 ans ,la psychiatrie,tout cela a relancé ma passion ou plutôt mes passions.

Vous voyez,changer de vie n'est pas qu'un changement de métier ou de lieu de vie mais c'est aussi une évolution dans ce que nous faisons,dans notre métier,dans nos loisirs,dans ce que nous aimons faire et le bénévolat en est un exemple frappant.Vous êtes un jardinier,venez expliquer aux enfants de l'école comment on jardine ; vous êtes profs,faites du soutien scolaire,mais mieux encore tapez sur Google les mots "FUN MOOC" et vous pourrez vous perfectionner gratuitement ou entrevoir des sujets innovants sur l'histoire,l'informatique, l'économie etc et vous verrez que c'est une sorte de changement de vie car vous sortirez de la routine car c'est cette routine qui rend la vie monotone et triste.

Changez l'organisation de votre maison,de votre jardin,changez de sport,trouvez de nouveaux amis avec lesquels vous avez "des ondes en commun",changez vos lectures,changez votre alimentation,mais aussi,évoluez dans votre job si vous le pouvez ou alors cassez la baraque et changez tout,de boulot,de région, changez  pour rebondir vers l'avenir.(je vous ferai remarquer que je n'ai pas conseiller de changer de partenaire !!)

En me relisant je me suis trouvé confus car il est difficile d'exprimer un conseil de ce genre,surtout si votre vie vous plaît mais l'aventure,car la vie est une aventure et chaque changement est également une nouvelle aventure,donc l'aventure en vaut toujours la peine.

Bises à toutes et à tous

 

 

 

Le projet est le brouillon de l'avenir.Parfois,il faut à l'avenir des centaines de brouillons.

 

                             Jules Renard

Partager cet article

Repost0
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 12:37

Enfant,je ne faisais pas attention aux bienfaits de la terre,à tout ce qu'elle peut nous donner pourvu qu'on y mette un peu la main.Je voyais les tomates bien rouges de mon père et c'est surtout ce beau fruit mûr qui m'attirait.

Tout ce qui était fait en amont ne m'intéressais pas et,pire,me semblait fastidieux,fatigant et , bien entendu,sans intérêt.

Vers la trentaine,petit à petit,la génétique a repris le dessus,le goût de la terre est remonté lentement le long de mes chromosomes mais certainement dans mes désirs les plus enfouis,pour exploser comme une belle aubergine.

Je me suis très rapidement rendu compte que j'aimais mettre mes mains,non pas sur la terre , mais dans la terre,la tripoter,la renifler,sentir si elle est amoureuse,si elle est chaude (comme on dit en Picardie)et donc comprendre que c'est le moment de semer et de planter.

Alors,alors,le plantoir entre les dents,les bottes aux pieds et la binette à la main,le jardinier attaque les mottes avec affection et quelques rêves.

Car préparer la terre en sortie d'hiver est  un vrai bonheur ,la retourner,la rendre propre comme si on faisait une lessive du chiendent ,l'enrichir avec le compost ou le fumier de cheval et de mouton et la laisser reposer en attendant que le soleil lui chauffe les mottes.Attendre et attendre car le jardinier est souvent quelqu'un de pressé qui n'attend pas les Saints de Glace,véritable top départ du jardinage.

Il faudra alors semer sans avoir la main trop lourde et attendre,attendre que les semis "fassent route" comme disait mon ami Robert,mon compagnon de jardin,et ainsi voir se dessiner les lignes de salades,de radis,d'épinards et d'échalotes qui vont emplir nos saladiers du printemps et de l'été.

Enfin,planter,planter les tomates anciennes et les "coeur de boeuf" charnues à souhait mais aussi les aubergines , les poivrons et les courgettes qui feront un magnifique Tian coloré et goutteux.Avez-vous déjà coupé en tranches une noire de Crimée,mis un filet d'huile d'olive dessus et un peu de gros sel et ensuite porter cela à votre bouche ? un vrai délice de "bouseux" !

La jouissance n'est pas que dans le repas,elle est aussi dans l'action,dans le jardinage,dans l'attente et toute l'attention que nous portons à nos bébés comestibles: un peu d'eau, beaucoup de soleil,un coup de rasette ou de binette selon les régions et surtout , de la patience et du respect pour la terre.

Jardiner c'est aussi ne pas penser et jardiner pendant la période budgétaire est une vraie récréation. Jardiner c'est s'oublier et traverser quelques heures en retrouvant nos racines qu'est la terre.

Médecin généraliste,j'encourageais mes patients à mettre quelques salades et autres plants de tomates sur les bords des pelouses et quand le rouge pointait sur les Marmandes un sourire se dessinait toujours sur les visages au départ sceptiques.J'ai même fait des concours avec des confrères pour avoir le plus possible de plants de tomates et j'ai perdu,oui,perdu,avec 63 pieds de tomates ;battu à plates coutures par un ami médecin qui avait mis 102 pieds.Il faut dire qu'au cours de nos visites à domicile, tous les jardiniers nous donnaient des plants. (souvenirs,souvenirs de mes amis Picards).

Alors,mettez vos sabots ou vos bottes,retournez un bout de pelouse qui ne sert à rien ou choisissez un gros pot et plantez,plantez,semez et récoltez.Et puis vous verrez que,petit à petit,cela vous entrainera vers une forme de méditation qui a indiscutablement des vertus thérapeutiques.

A vos outils !!!!

Vous remarquerez le seau à champagne prêt à servir !

Vous remarquerez le seau à champagne prêt à servir !

Partager cet article

Repost0
7 avril 2018 6 07 /04 /avril /2018 15:03
Mon Paris-RoubaixMon Paris-RoubaixMon Paris-Roubaix

Nous étions 6000 au départ mais,sans prompt renfort, nous fûmes 3000 en arrivant au port,aurait dit le bon Corneille.

C'était un dimanche d'Avril 1978,nous avions décidé , avec un copain,de faire Paris Roubaix amateur.Nous étions très entraînés puisque chaque dimanche matin nous faisions entre 120 et 150 km,la tête dans le guidon,pour être rentrés le dimanche vers 13 heures pour pouvoir manger avec les enfants et la douce.Bref,nous étions au top.

Nous avons fait un petit somme de 10 h à minuit le samedi soir puis,après une douche salvatrice,nous partîmes vers le départ situé à Compiègne avec un ami qui nous convoya sans encombre avec nos montures.

Mon pote et moi avions chacun un vélo neuf,tout Colombus et Campagnolo,le must,fabriqués par José Cattieau ,un ancien maillot jaune du Tour de France.Deux magnifiques vélos noir et rouge,de tailles différentes puisque nous avions presque 20 cm d'écart et vous verrez que ce détail est important.

Le départ de Compiègne s'effectua vers 3 h du matin , par pelotons de 300 coureurs et nous avions plus de 250 km devant nous avec 54 de méchants pavés.

Le premier incident ou plutôt,accident,survint au kilomètre 80.Alors que nous arrivions au détour d'un virage ,un groupe s'était arrêté sur la route;c'étaient des Belges qui entouraient un homme à terre ,inconscient,avec du sang qui s'écoulait de l'oreille.Ce détail est important puisque moi,en tant que médecin généraliste et mon pote en tant que médecin anesthésiste, avons fait immédiatement le diagnostic: fracture du crâne et plus particulièrement du rocher.

Les Belges autour du blessé criaient: "allez,Marcel,fais pas le con,on y va ".Nous avons mis du temps à leur expliquer que Marcel était dans le coma et nous avions très vite fait intervenir le SAMU.Quand Marcel fut dans l'ambulance,nous sommes remontés sur notre vélo avec les remerciements de tous et là,chose incongrue,nous avons éclaté de rire ensemble,devant les spectateurs incrédules.En effet,nous nous étions trompés de vélo (les mêmes je vous rappelle) et je descendais mes fesses sans trouver la selle alors que mon ami les avaient très en l'air.Je pense que cette position incongrue mais aussi  le stress de l'accident ont joué dans nos éclats de rire.

Après un ravitaillement organisé par nos épouses,près de Lesdins,le village où j'exerçais,nous sommes arrivés près du premier secteur pavé.Nous avions 54 km de pavés répartis vers la fin des 250 km de vélo.La première image que nous avons eu est un cycliste désolé revenant en arrière avec la roue avant pliée à angle droit et nous nous sommes regardés avec frayeur puisque nous avions 2 vélos neufs et de grande qualité.

Nous avons attaqué le premier secteur pavé long de 2km et,au bout de 150 mètres,nous n'avions plus de gourde,plus de pompe et plus de boyaux sous notre selle (puisque à cette époque notre vélo était encore équipé de boyaux) . Tout avait sauté avec les secousses des pavés et nous dûmes faire machine arrière pour retrouver nos accessoires, très utiles au demeurant. Re Fou-rire , comme vous pouvez vous en douter.Personne ne nous avait dit d'attacher tout cela.

Puis ce fut un long calvaire pour notre corps et surtout nos articulations.Les spectateurs du Nord,les Ch'tis avaient mis des tables dehors,partout dans les villages pour nous donner à boire et à manger et nous racontaient des balivernes du genre:" il reste seulement 10 km " alors que notre calvaire allait durer encore plusieurs dizaines de kilomètres.

Nous sommes arrivés à Roubaix complètement détruits et,après la douche des plaintes,nous sommes montés tous les deux derrière la voiture,la tête l'une contre l'autre,comme deux jumeaux et,en parlant,nous nous sommes endormis profondément,pour nous réveiller 100 km plus loin,en arrivant dans nos pénates.

Paris-Roubaix est une épreuve physique et morale,que je rapprocherai du Marathon:" souffrir et résister," devrait être la maxime de cette course.Même les pros trouvent cette course inhumaine.J'avais la chance de soigner un pro que j'appellerai Francis M. ,qui a fait nombre de fois cette course et qui m'a raconté sa souffrance.

Paris-Roubaix a comme surnom "l'Enfer du Nord" et il le porte bien.J'ai pu m'en rendre compte personnellement.J'avais déjà fait des sorties  de 250 km mais qui n'avaient rien à voir avec Paris-Roubaix.Dans cette course,il y a une dimension en plus:les fameux pavés qui vous secouent,qui vous ébranlent,qui vous bousculent,qui vous brimbalent,qui vous maltraitent,qui vous ballotent,bref,qui vous détruisent,tout doucement mais sûrement,jusqu'à faire baisser le cap à votre volonté .Il faut résister pour ne pas abandonner,pour ne pas se laisser aller et monter dans la voiture balai qui vous guette au fur et à mesure des kilomètres et qui semble vous dire:" j'ai de la patience et je t'attends"

Pour finir,quand on est un amateur novice,il faut plus que du courage,il faut de la fierté,il faut de l'inconscience,car la vie ce ne doit pas être ça; ce doit être du sport ludique mais du sport quand même.

Regardez demain,regardez la souffrance des hommes entrainés ,regardez l'Enfer du Nord.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2018 1 02 /04 /avril /2018 16:56
Marathon: l'explication du fameux "Mur" du 30 ième kilomètres
Marathon: l'explication du fameux "Mur" du 30 ième kilomètres

Je viens d'entendre à la radio que dimanche prochain,c'est le Marathon de Paris.C'est aujourd'hui pour moi un excellent souvenir,celui de mon premier marathon avec notre association fétiche,je veux parler de l'ACPI(Association des Coureurs du Parc d'Isle pour les ignares),en 1994,,ma première course après 4 mois d'entraînement.Un très grand moment pour moi.

Mais j'ai aussi de mauvais souvenirs dont voici le principal:

Marathon de Paris 1998: c'était mon quatrième Marathon de Paris.Je courais depuis 5 ans.J'avais décidé de "faire un temps" (quel prétentieux!!).J'avais 52 ans.

L'entraînement et la préparation avaient été excellents,l'alimentation également et je me souviens très bien d'être en grande forme avec un poids idéal pour moi,même si,avec mon mètre 90,mes 82 kg et mon âge je ne pouvais prétendre à un temps canon.Je visais naïvement un temps au dessus de mes moyens.C'est d'ailleurs la seule année où j'ai spérer "faire un temps".Les courses qui ont suivies ont été nettement moins ambitieuses.(surtout au Marathon du Médoc,couru 2 fois,avec ravitaillement en vin,grillades,danses et déguisements)

En 1998,je me souviens avoir bien géré mon départ et d'avoir été ensuite très régulier pour le temps que je voulais espérer.

Tout se passa bien jusqu'au 30 ième kilomètre où j'étais largement dans les temps espérés.J'ai alors commencé à "sentir " mes jambes,qui sont devenues de plus en plus lourdes ,de plus en plus molles mais je restais optimiste car j'étais en avance et il me restait 12 malheureux kilomètres qui paraissent somme toute assez faibles quand on a l'habitude de s'entraîner.L'objectif était en vue.

Au lieu de lever le pied,j'ai continué sur le même rythme mais en souffrant de plus en plus,puis  des douleurs abdominales apparurent,de plus en plus aigües ,de plus en plus fréquentes, jusqu'à ce que la diarrhée me prenne,violente et pressante.

Je me souviens m'être arrêté dans un café qui a refusé mon irruption dans son bar.Il fallait une pièce de monnaie pour aller dans ses toilettes et un client,au comptoir,a lu sur mon visage mon désespoir ponctué par mes mots "je vais faire dans mon froc ou par terre",tellement cela devenait urgent et ce brave client m'a donné la fameuse pièce nécessaire,par pitié,ou pour éviter un désastre à ses pieds et devant son apéro.

Je suis allé ensuite de buissons en buissons , j'avais des vertiges et j'ai continué et terminé en marchant.Bilan: une heure et demie pour faire les douze km et au total,un temps pas fameux.

Le médecin que je suis m'avait fait réfléchir sur ce problème qui ne m'était pas propre,ayant vu des gens à l'arrivée , lors des marathons précédents,arriver avec "des grosses tâches derrière le short",très évocatrices.

L'explication est assez simple: j'ai couru au-dessus de mes moyens.Mon coeur ,trop rapide trop longtemps,n'avait plus la force d'alimenter len sang , c'est à dire en oxygène mais aussi en nutriments divers la totalité de mon corps.Or , le corps étant très bien fait,deux circulations sont préservées lors d'un effort de ce type : la circulation cérébrale,toujours préférentielle ,mais aussi celle des coronaires et,plus faiblement les muscles périphériques.La conséquence est simple,les autres circulations et en particulier la circulation mésentérique,c'est à dire celle qui irrigue les intestins n'est pas,elle,privilégiée et est abandonnée en partie;la souffrance est rapide avec une réaction immédiate ,en l'occurrence ,l'agitation de l'intestin qui se met à souffrir et qui donne une diarrhée profuse et continue et qui ne s'arrêtera qu'avec le repos,au moment où le coeur peut à nouveau alimenter la totalité du corps.

Lors des entrainements,tout le monde connait les termes d'endurance pendant laquelle chaque coureur pourrait aller au bout du monde sans se fatiguer,mais aussi de résistance douce où l'effort commence à coûter et enfin de résistance dure pendant les sprints,les courses de faible kilométrage ou le final.

Quand vous avez calculé vos seuils personnels,il faut savoir ensuite gérer votre course longue pour ne pas se mettre trop souvent dans le "rouge ",c'est à dire en résistance.

Même si votre alimentation pendant la course est bonne,si vous dépassez vos limites vos possibilités trop longtemps,ce fameux MUR vous paraîtra infranchissable et la souffrance sera là car c'est lors de ce fameux mur que la circulation devient privilégiée car ls 30 premières bornes ont usé votre corps dont vous avez dépassé les limites .Même les pros connaissent très bien ce phénomène.

En revenant à l'ACPI,je me souviens de mon premier marathon,en 1994,que j'ai fait en compagnie de ma petite Bernadette et où je suis arrivé frais comme un gardon pour aller danser toute la soirée à l'anniversaire d'un ami.J'avais fait ce marathon "en dedans" , en attendant ma copine et quel plaisir nous avons eu.N'est-ce pas Bernadette,bien meilleure que son mari Bernard que j'ai battu à plate couture au Marathon de New York.(tu vois,Bernard,j'ai de la mémoire pour te mettre en boîte,bises)

Courez,courez,mais une chose est importante: vous devez bien connaître votre corps et ses capacités et ne pas être en surrégime permanent.

CoooooooooooooooL  !!!!!!!!!!

 

Partager cet article

Repost0
23 mars 2018 5 23 /03 /mars /2018 09:08
Jean Daniel

C'est l'histoire du coup de fil qui tue.Sept heures ce matin,Jean Daniel,premier adjoint de la commune de Puget,mon ministre des affaires extérieures,le Vice Président de la communauté d'agglomération est décédé.

Je situe  mon article à mes amis de Picardie car ici,à Puget , mais aussi dans toute la région,tout le monde connaissait Jean Daniel.Il faisait partie du paysage et je dirai même plus,du patrimoine Pugétain.

Car JDD , comme on l'appelait,faisant référence à son nom,Jean Daniel Duval,JDD était un vrai personnage que personnellement je qualifierai de Pagnolesque.

Il avait cet accent inimitable du sud qui lui faisait raconter souvent l'histoire qui suit :  quand j'étais à Dunkerque ou au Havre,directeur des remorqueurs "les abeilles",mes copains me disaient:" quand tu parles,ça nous fait du bien,on a l'impression d'être en vacances dans le midi" . Et bien pour nous,élus depuis 10 ans du conseil municipal,c'était la même chose,on adorait l'entendre parler avec ses paroles imagées et chantantes et il avait toujours un souvenir à nous raconter.

C'est vrai que je pouvais être n'importe où,je reconnaissais son accent et sa "gouaille" méditerranéenne.

Mais JDD ce n'était pas qu'un accent.C'était un élu travailleur infatigable,un bénévole assidu, un volontaire comme j'en ai rarement rencontré.Je pouvais lui confier n'importe quelle mission,il allait toujours jusqu'au bout et revenait toujours avec le problème solutionné.

J'entends déjà le petit refrain disant que quand on est mort ,on est le plus beau , le plus gentil,le meilleur.

Je n'ai fait qu'un article de ce genre depuis 15 ans et c'était pour Blaise,notre ami le Maire de Lourmarin ; JDD était un personnage de la même importance.Certes ils étaient très différents, mais quelle présence !

Quand j'ai acheté ma maison à Puget en 1995,le premier à m'inviter à manger,ce fut JDD.Celui qui me présenta à tout le monde , ce fut JDD.Celui qui m'incita à créer une association en lieu et place du comité des fêtes,ce fut JDD.Celui qui me poussa à me présenter à la Mairie,ce fut JDD.Celui qui a toujours et toujours été à mes côtés et qui m'a toujours soutenu,c'est JDD.Bref,c'était aussi mon mentor

C'était aussi un peu,mon père spirituel,même si nous n'avions que 9 ans d'écart.Nous étions différent sur le plan religieux et sur le plan politique,mais nous avions le même intérêt: faire de Puget un village moderne ,tout en gardant ses valeurs de "village à la campagne".

Alors,comment décrire JDD: c'était une moustache célèbre qui avait eu une brillante carrière dans les remorqueurs et les croisières Paquet après une belle école de commerce.C'était un amoureux fou de sa femme qu'il vénérait et pour qui il n'avait que des mots doux à la bouche, Joce,que j'embrasse très fort,c'était aussi un père très fier de ses deux garçons mais aussi de ses belle-filles qui étaient pour lui comme ses propres filles et de ses petits enfants qui l'adoraient et je pense beaucoup à eux.Sa famille,dont il était un vrai pilier,dont il était le patriarche,va être bien seule.

JDD,c'était un homme qui pouvait,en pleine réunion,pousser une "gueulante" mémorable,qui pouvait envoyer "balader" quelqu'un qui n'avait aucune civilité dans le village,car JDD,c'était l'eau et le feu ! ses colères étaient mémorables,il était capable,le temps d'un instant d'être odieux pour retomber ensuite dans une très grande gentillesse par ailleurs.

Car JDD , c'était un ami que tous,vous qui me lisez,aurait bien voulu avoir.En effet JDD se serait "décarcassé" pour vous rendre n'importe quel service,et ce,à n'importe qui,même à ses détracteurs;il avait alors cette douceur et cette fameuse empathie qui resteront dans ma mémoire. Toutes les personne âgées du village peuvent témoigner de ses services car c'était ce que j'appelle "le défenseur de la veuve et de l'orphelin",et son association Puget Loisirs aussi ,dont il était membre du bureau.

C'était son côté" féminin de l'être ",comme dit Annick de Souzenelles,son côté attentionné,son écoute,sa bienveillance envers tous ceux qui l'entouraient.Tout le monde à la Mairie peut en témoigner et en particulier les élus mais aussi mes deux filles,je veux parler des secrétaires.

Et en tant que Maire,je pouvais tout demander à Jean Daniel; il le faisait rapidement et ne capitulait jamais tant qu'il n'avait pas solutionner mon problème.Je le remercie du fond du coeur au nom des élus et au nom de tous les Pugétains car il était complètement désintéressé et  travaillait  pour son village de coeur.

Ce matin je me suis réveillé en pleurs,car j'ai perdu beaucoup plus que mon premier adjoint.J'ai perdu un ami,un grand frère , un compagnon de route,un peu un père pour qui j'avais beaucoup d'affection et vous comprendrez ma tristesse.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2018 2 20 /03 /mars /2018 08:12
Mon Mai 68

Vous allez être abreuvés de références à mai 68 qui fête son cinquantenaire dès maintenant puisque les événements ont débuté en mars.

Vous allez voir Cohn Bendit et cette image extraordinaire de ce jeune homme défiant un policier,tout un symbole.Vous allez manger du pavé,du flic,de la grève,des amphis,des usines fermées,des images du Général De Gaulle et sa "chienlit",des défilés et encore des défilés,des voitures brulées et des petits matins désolants.

Mais tout ceci a eu lieu surtout à Paris et la province a toujours été à la traîne,sauf pour la grève,l'occupation des facs,les réunions dans les amphis ,et bien sûr les défilés.Mais il y a eu peu de violence en province et en particulier à Reims où j'étais étudiant .

Je vais donc vous raconter mon Mai 68 ou plutôt notre Mai 68 J'avais presque 22 ans,j'étais un carabin,un étudiant en médecine,avec un statut un peu spécial puisque je travaillais,mes parents n'ayant pas les moyens d'assurer des études très onéreuses.J'étais pion d'internat au lycée Clémenceau à Reims,lycée où j'avais fait mes études secondaires et où je surveillais les dortoirs 3 nuits par semaine plus un week end complet par mois.Ce n'était pas mal payé mais très insuffisant pour financer une vie estudiantine normale,et entretenir ma 4L,bleue,qui m'a laissé tant de souvenirs.

J'avais donc un job complémentaire,je gardais des comas la nuit.Je me souviens de cette salle qui peut paraître inouïe de nos jours,une salle avec une quarantaine de comas en rangs d'oignons et je devais,seul,les aspirer,les bouger,les surveiller et vous imaginez facilement le côté dépresseur de ces nuits,d'autant que j'ai eu quelques décès mais aussi quelques sorties de coma.Bref,un job difficile psychologiquement.

Mai 68 est arrivé pour moi dans un contexte particulier.Alors que j'étais avec une Anglaise,lors du réveillon 67/68 organisé par la corpo Médecine/pharma,j'ai rencontré une petite blonde,étudiante en pharmacie,souriante et bienveillante ,avec qui j'allais traversé ,non seulement les événements de Mai 68 mais aussi toute ma vie.

Pour cette raison,vous vous doutez que mon Mai 68 fut un peu particulier.Nous filions le parfait amour depuis 3 mois quand les premières grèves apparurent à la fac.Dans un premier temps j'ai participé à ces réunions agitées et désordonnées mais qui amenaient une bouffée d'air pur dans un amphi habituellement dominé par un enseignement rigide,exercé par des mandarins pour qui nous étions de la "piétaille ",dont j'ai un mauvais souvenir car nous étions rabaissés et ridiculisés en public si nous avions le malheur de ne pas être des "lèche-culs" ou des "béni-oui-oui".

L'amphi s'agitait progressivement,les lycéens étaient en grève,les profs aussi,et je me suis ainsi vu libérer de mes obligations de maître d'internat comme on nous appelait à l'époque.Il me restait la fac dont le "bordel ambiant" m'a amusé au début puis beaucoup moins car ce que j'appelle "les dominateurs "menaient la danse et les agneaux suivaient,sans proposition utile.Bref,le "bordel" pour le "bordel" et j'ai ainsi déserté petit à petit la fac qui était devenue paralysée ainsi que les manifs que je ne comprenais plus pour m'intéresser de plus près,de beaucoup plus prés,à ma petite future pharmacienne,blonde comme les blés à qui j'ai proposé de nous mettre en congé de la société.

Nos examens étant reportés en septembre,nous avions un peu de temps devant nous avant de revenir à nos très chères études et nos révisions.Il me restait simplement mes gardes de comas que je continuais d'assurer un ou 2 jours par semaine,peu de personnes acceptant ce job très difficile ainsi que nos gardes hospitalières.

Ma 4L fut pour nous très importante.Elle a été un moyen de transport,un salon de discussion pendant des jours et des nuits,un moyen de logement quand nous allions à Ostende,en Belgique ou sur les dunes du Touquet ou encore le parc du Marquenterre.

Nous marchions pieds nus sur les plages et nous parlions,nous parlions,nous parlions. Aujourd'hui,j'avoue me demander tout ce qu'on avait à se dire pendant toutes ces heures passées à discuter et à refaire le monde,à refaire notre monde à nous.

C'était le printemps,les fleurs passionnaient (déjà) ma pharmacienne.Moi,je revenais,pendant l'été 67 d'un périple de 2 mois et demi autour des USA,avec un pote,en stop,sans argent,et j'avais des aventures à n'en plus finir à raconter.(j'ai un recueil de 120 pages ,écrit sur des nappes en papier ou tout ce que je trouvais pour écrire et je mettrai un jour ça en forme)

Nous lisions,nous écoutions beaucoup de musique ; nous étions dans notre période chanson française B B B ,c'est à dire , Brel,Brassens,Barbara,auxquels venaient s'ajouter Reggiani ,mais aussi bien entendu les Beatles et les Stones,et nos avis divergeant sur le type de Rock que nous aimions.

C'est ainsi que se passa les jours ,les semaines et les mois pour aboutir finalement à une constatation pure et dure:nous devions reprendre nos révisions car nous n'avions pas vu passer cette période et les examens se profilaient à l'horizon.

La fête était finie,les étudiants avaient repris le chemin des facs,les ouvriers ceux de leurs usines,les flics se reposaient et le Général respirait.Il nous restait des souvenirs.Comme pour le 11 septembre,toute cette génération se souvient de son mais 68.

Je vous fait profiter du mien,pas très glorieux,pas sur les barricades qui n'existaient pas ou peu en province mais ces souvenirs m'émeuvent en vous les racontant.Nous étions jeunes,nous avions la vie devant nous,nous allions ,Claudine et moi,vivre un demi-siècle de vie commune jusqu'à ce jour avec beaucoup d'aventures,de folies,de fêtes,d'amitiés et de bonheur.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2018 7 18 /03 /mars /2018 08:50
Être vieux
Être vieux
Être vieux
Être vieux
Être vieux
Être vieux
Être vieux
Être vieux

Suis-je devenu vieux ?

C'est une question que je viens de me poser après quelques problèmes de santé et j'ai décidé d'y répondre avec l'humour que vous me connaissez.

Être vieux c'est recevoir des emails de Pub pour des monte-escaliers électriques,des baignoires à porte,des prothèses auditives,des produits pour réduire l'arthrose etc etc

Être vieux  c'est commencer à se renseigner sur les prix des maisons de retraite et regarder si son budget suffira.

Être vieux c'est raccourcir ses voyages,passer de la Chine à l'Europe puis à l'Ardèche,puis à son jardin.

Être vieux c'est passer son temps à faire ses comptes et se rendre compte qu'on ne sera plus jamais augmenté , que les promotions de travail sont terminées et qu'il faut serrer les boulons et solder les crédits.

Être vieux c'est souvent procrastiner , même si ce n'est pas l'apanage du grand âge.

Être vieux  c'est regarder son potager avec affection en se demandant ce qu'on pourrait faire pour diminuer sa surface et avoir moins de travail.

Être vieux  c'est préférer la télé à une bonne soirée avec les copains.

Être vieux  c'est manger à midi pile et à 19h pour ensuite se mettre dans son canapé pour regarder la grande messe du 20h à la télé.

Être vieux c'est regarder son animal de compagnie avec une affection supérieure aux humains.

Être vieux c'est délaisser ses amis et avoir comme maxime :"chacun sa merde "

Être vieux  c'est adorer ses "chicouf" comme on appelle ses petits enfants:"chic" , ils arrivent et "ouf" ils s'en vont.

Être vieux c'est quand la glace renvoie des rides et un ventre bombé.

Être vieux  c'est quand,dans un bus de ville,un jeune trouduc vous cède sa place.

Être vieux  c'est quand on apprend le décès de quelqu'un de 2 ans de plus que soit et qu'on dit:" oui,mais lui,il était vieux "

Être vieux  c'est quand nos références cinématographiques remontent au Parrain,à Lino Ventura,à Marilyne,et à Laurence d'Arabie

Être vieux  c'est ne pas savoir lire un mail,ne pas faire un SMS et lever les yeux au ciel devant l'abrutissement des smartphones.

Être vieux c'est dire "de mon temps" !

Être vieux  c'est faire référence au Général de Gaulle en permanence.

Être vieux c'est voir ses enfants faire un sport à jamais perdu pour soi.

Être vieux c'est quand on a fini d'être un "indigné" comme disait Stéphane Hessel

Être vieux,c'est quand on rencontre un camarade de lycée et qu'il ne nous reconnait pas

Être vieux c'est ne plus avoir d'amis jeunes.

Être vieux c'est ne plus supporter les conneries des jeunes qu'on a soi-même fait il y a quelques décennies.

Être vieux c'est SURTOUT,pour moi, ne plus avoir de projets,qu'ils soient pour la maison le couple ou les voyages,ne plus se projeter dans l'avenir,réduire son périmètre de vie , et avoir l'impression d'être seul.

Car, aussi curieux que cela puisse paraître, "vieux" n'est pas (ou plutôt n'est plus !) l'antonyme de "jeune". Le mot "Vieux" s'est chargé de connotations péjoratives qui ne relèvent pas du constat objectif de l'état de nos artères. "Vieux" est un jugement de valeur. Il en va d'une personne comme d'un meuble : on préfère tous avoir une armoire "ancienne" plutôt qu'une "vieille" armoire. L'une a un statut, l'autre va au rebut.

Nous sommes tous concernés par notre obsolescence programmée,comme les appareils ménagers.Mais ,ne dit-on pas d'un jeune qu'il est "déjà vieux" pour ne pas dire "c...". ringard, réac, pas drôle, radin, plaintif, passif... voilà ce qui définit le "vieux". Rien à voir avec le nombre des années.

On ne peut s'empêcher de vieillir, mais on n'est pas obligé de vivre en vieux.
C'est vrai que la vieillesse est souvent un naufrage ,mais elle ne l'est que pour les mauvais marins ou en tout cas,ceux qui perdent pied trop tôt dans une société qui ne fait pas de cadeaux.

Je vais avoir 72 ans cette année,et,malgré les soucis,les douleurs quelle qu'elles soient, physiques ou morales, je passe mon temps à faire encore et toujours des projets (tour des lacs italiens en tandem very soon).Si ceci s'arrête,je meurs instantanément car la vie ne vaut que pour ce que nous réserve l'avenir,le passé n'étant plus que de la poussière et une cicatrice de souvenirs qu'il faut entretenir mais surtout ne pas vivre seulement que par eux.

En fait (comme dirait ma petite fille),je n'ai pas été si drôle que cela .Je n'ai pas voulu être méchant car j'aurai pu dire qu'il existe beaucoup de jeunes qui sont véritablement des vieux cons.C'est-y pas vrrrai ,ça ?

Je terminerai en disant que le signe de la bonté chez les jeunes, c'est d'aimer la vieillesse  et chez les vieux, c'est d'aimer la jeunesse.


La jeunesse est le temps d'étudier la sagesse, la vieillesse est le temps de la pratiquer.

 

                    Jean-Jacques Rousseau

Être vieux

Partager cet article

Repost0
14 mars 2018 3 14 /03 /mars /2018 10:04
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia
Bella Sicilia

Le Luberon à plus de 1000 mètres me paraît bien petit en rentrant face à l'Etna que je viens de côtoyer pendant 8 jours.Un volcan qui rappelle le Kilimandjaro ou encore le Mont Fuji ou l'Arenal du Costa Rica dont je n'ai pas vu le cratère toujours enveloppé de nuages.

La grande différence c'est que,à mon grand étonnement,l'Etna fume en permanence,qu'il crachote de temps en temps (dernière éruption en mars 2017,il y a juste un an) et ça,je dois vous avouer que cela m'a impressionné.

À 50 kilomètres à la ronde,les amas de lave,les monticules de moraines,témoignent de son activité passée.Et quand l'Etna fume beaucoup,les Siciliens toussent.Ils ont peur de ce monstre dont les légendes terrorisent les plus petits.Depuis les navigateurs téméraires de l'antiquité jusqu'aux grands écrivains,il a intrigué,fasciné , subjugué,pour faire couler autant d'encre qu'il a déversé de lave.Alexandre Dumas en disait ceci:" Rien n'est comparable à ce que l'on voit de l'Etna,jamais je n'avais vu Dieu de si près,et jamais,par conséquent,je ne l'avais vu si grand "

Car c'est 3350m de haut qui nous regarde,c'est aussi un périmètre de 250 km!!! Quand le volcan éternue,Catane tremble.

Pourtant,le tour de l'Etna est l'endroit le plus peuplé de Sicile car le plus fertile.Nous étions à la période des oranges,mandarines et autres citrons et toute la campagne avait l'air d'une guirlande sans fin avec ces magnifiques agrumes accrochés aux branches,des milliers et des milliers d'arbres avec des fruits délicieux.Nous mangions 8 à 10 oranges par jour et je ne saurai trop vous conseiller de regarder chez votre épicier la provenance de vos oranges(en évitant l'Espagne) et essayer de trouver l'origine sicilienne.

La Sicile c'est aussi le patrimoine , avec des milliers d'églises magnifiques (vous me connaissez,je suis objectif !!) Les Siciliens entretiennent de façon exemplaire l'intérieur de leurs églises,toutes remasterisées ,même et surtout dans les plus petits villages et le Maire que je suis s'est posée la question d'un impôt local spécial "entretien église",vrai en partie.Bien entendu,il y a des églises à l'abandon car il a fallut aux Siciliens faire des choix

Nous allons spontanément,Claudine et moi,vers les petits villages de la Sicile profonde,dans l'arrière pays,dans ces petits bled paumés où les autochtones nous regardent passer avec surprise.Nous avons retrouvé le village où avaient été tournés les différents "Parrain" de Francis Ford Coppola et nous nous sommes imaginés 46 ans plus tôt,en 1972, avec une population en délire et nous avons retrouvé des témoins,vieux,nostalgiques,vivant au milieu d'un village à l'abandon,n'ayant pas exploité le filon touristique de ce film.

La montagne Sicilienne est comme la montagne Corse ou Sarde que je connais assez bien,avec de magnifiques petits villages perchés je ne sais comment et qu'il est très difficile d'atteindre,mais la récompense est toujours au bout avec une vue époustouflante qui servait à repousser les envahisseurs.Ne ratez pas Castelmola,assez peu décrit dans les guides,petit village regroupé en haut d'un piton rocheux et qui vous donnera l'impression de dominer la Sicile et la mer.

Enfin , la Sicile ce sont des centaines de vestiges Grecs et Romains qui témoignent des passages réguliers de populations MIGRANTES depuis la nuit des temps.

Et je n'oublie pas que la Sicile,c'est aussi la bouffe,bien sûr,comme toute l'Italie avec les Pâtes,Les Risottos,les Pizzas,le vin d'amande et le vin de l'Etna,un vin sympa,ressemblant aux vins de la vallée du Rhône.

Je ne terminerai pas cet article sans vous parler des Siciliens (et des Siciliennes mais à l'époque de #balancetonporc,je me méfie) et je résumerai cela par une phrase:ils sont très accueillants et sympas.Partout où nous sommes passés,dans les villages reculés ou dans les villes,le sourire et le renseignement furent toujours de mise.

Bref,si vous avez envie d'une partie d'églises,de montagnes,de villages perchés,de vestiges et d'histoire ancienne et enfin de bonne bouffe allez en Sicile sans tarder.

 

Partager cet article

Repost0
4 mars 2018 7 04 /03 /mars /2018 13:18

P1170891-copie-1.JPG

 

Diapositive15

Diapositive11.jpg

 

Pourquoi ai-je choisi le tandem pour voyager et visiter la France ,me demandent certains ? Et bien la réponse est simple:nous avions 25 ans et c'était l'époque où je roulais beaucoup avec le fameux Paris Roubaix à mon palmarès et ,en vacances ,les petites randonnées en vélo avec mon épouse n'étaient pas vraiment "synchrones".En réalité nous n'étions jamais ensemble car notre rythme était bien différent.

Alors nous avons imaginé faire du tandem et je me suis fait construire mon joyau par le grand couturier Lyonnais "Follis" , sur mesure (tailles de 1,90 m et 1,65 m) et,après entraînement ,notre premier voyage fut la traversée de la France allant de Marseille à Gérardmer dans les Vosges ,après avoir traversé la Provence,l'Ardèche,visité Saint Etienne par le col de la République puis retraversé la vallée du Rhône vers Aix les bains , Annecy, Genève,Neufchâtel et Bienne en Suisse,traversée du Jura ,Alsace puis Vosges...ouf 1200 km en 10 jours.

Nous avions souffert mais cela nous a donné le goût du tandem et des petites routes et des chemins qui sillonnent notre magnifique pays ,petites routes qui sont souvent désertés.

Certains pensent que ma compagne ne voit rien derrière moi... en réalité c'est tout le contraire car je dois gérer la conduite,en particulier dans les chemins,alors qu'elle peut,tout en pédalant,regarder partout et c'est toujours elle qui me signale les beautés qui nous entourent,qui me suggère un arrêt pour une superbe photo et qui peut voir en détail les paysages magnifiques que nous avons traversé pendant ces milliers de kilomètres parcourus depuis 45 ans.Et puis cela nous permet un échange permanent sur divers sujets,même si ce n'est pas "les yeux dans les yeux" !!!!!!!

La visite de la France,si merveilleuse ,par les toutes petites routes ou les chemins devint ainsi pour nous une destination régulière et j'avoue que nous avons découvert la France profonde,les petits villages où nous avons toujours été reçu à bras ouverts,que ce soit au pays Basque,en Bretagne,dans le Gers,Périgord,arrière pays de la côte d'Azur,mais aussi en Auvergne,dans le Jura,dans les Landes,sur la Loire et ses châteaux,sur le canal du midi,en allant à Barcelone,etc.;etc..

Les trajets sont étudiés en amont et,avec notre nouveau tandem VTT,les chemins sont pratiqués à 50%.Pas de repas le midi mais du grignotage continu,un bon repas le soir(avant un bon verre de rouge local et dieu si il y a du vin en France) avant une bonne nuit en chambre d'hôte.

Je voudrai vous transmettre le plaisir de la visite d'une région en vélo (que ce soit vélo normal,vtt ou tandem)J'ai fait plusieurs fois les châteaux de la Loire,que ce soit en voiture,en moto,en vélo de course(la tête dans le guidon sans rien voir) et  j'avoue avoir vraiment découvert des petits villages avec de multiples petits châteaux,tous plus beaux les uns que les autres mais aussi tous désertés par les touristes,tous massés à Chambord etc.. qui sont certes magnifiques et que j'ai aimé aussi mais que la campagne est belle!!

Et puis quoi de plus agréable de pédaler dans la nature,au bord des rivières,le long des canaux de visiter des petits villages déserts (je me souviens d'un village du bout du monde dans le Périgord,tout en pierres dorés avec vieux lavoir,belle église et fleuri par deux petits pépés avec lesquels nous avons devisé avec intérêt),en dehors des sentiers battus,de faire des rencontres sympas,de s'arrêter et de contempler .Car notre journée n'a rien de programmé.On peut s'arrêter 3 fois en deux kilomètres pour photographier ou admirer puis faire 15 km sans s'arrêter;tout est fonction de la beauté du paysage et des rencontres.Cela nous donne une impression de liberté,d'être tous les deux comme des oiseaux libres (mais qui pédalent).

Je pense que c'est un luxe intellectuel pour un prix modique puisque tout le monde peut faire cela en vélo et même camper (comme Jo et Hughette que nous avons rencontré avec plaisir et qui allaient de Lorient à ... Istanbul : http://maneranistanbul.canalblog.com/).

Car il y a une chose que je ne vous ai pas encore dites: c'est la richesse des rencontres,avec un esprit d'osmose où chacun raconte son ou ses périples,qu'ils soient grands ou petits,et grignoter une pomme avec cette compagnie fortuite reste pour moi un must dans la relation humaine.

Laissez-vous tenter sur de petites distances (vous pouvez aller de Tours à Blois par les chemins le long de la Loire et revenir en train) vous verrez que le plaisir est toujours,toujours là.

Je pars pour la Sicile,manger des pâtes,du risotto,boire un peu de chianti,regarder les Italiennes (je parle des voitures,hum,hum) et admirer cette île romano-grecque.

Je vais vous mettre quelques photos ou dessins de tandem qui m'amusent beaucoup.

Diapositive09.jpgDiapositive10.jpgDiapositive17.jpgDiapositive19.jpgDiapositive21

Partager cet article

Repost0
2 mars 2018 5 02 /03 /mars /2018 18:30
Histoire du E330 : les Fake NewsHistoire du E330 : les Fake NewsHistoire du E330 : les Fake News

Tous les jours,et même plusieurs fois par jour,je reçois des mails litigieux,je vois des gens disparus sur les réseaux sociaux alors que cela date de 10 ans et que le problème a été résolu et il en est certainement de même pour vous.

Je ne sais pas si vous avez vu à la télé sur France 5 ce député,ce nouveau député,Richard Ramos,député du Loiret ,fort sympa par ailleurs,qui défendait l'agriculture et les agriculteurs et qui dénonçait le scandale du E330 qui envahissait les produits bio,E330 qui aurait été porté cancérigène par Villejuif et donc en laissant entendre qu'on intoxiquait les Français avec l'assentiment des labos.

Je connais bien cet additif et j'en ai un peu marre des "hoax" ,des "fake-news",des fausses informations qui circulent sur la toile depuis des années.

Retranscription exacte du député:"Je vous ai sorti une liste là, qui a été publiée par l'hôpital de Villejuif donc par des gens, vraiment très capables, sur les produits cancérigènes et les produits dangereux. C'est Villejuif qui le dit. Et le pire de tous, c'est le E330, sans rentrer dans les détails. Mais il est en rouge partout. Moi je prends un produit aujourd'hui. Une salade et je regarde derrière, il y a du E330, c'est légal hein. Mais je me dis, on marche sur la tête, on devient fou." D'après le député, le E330 est un produit toxique. et l'état laisse faire

La toile est remplie de fausses infos comme celle-ci et on doit faire attention de ne JAMAIS transférer une information sans l'avoir vérifié sur internet , ce qui est assez facile,soit sur google,soit en recherchant sur le site Hoaxbuster.

Concernant le E330,qui n'est que l'appellation de l'acide citrique contenu dans les citrons ou les oranges, ce problème tourne en boucle depuis maintenant 40 ans et est appelé "le tract de Villejuif" dans lequel FAUX tract une liste de produits toxiques était détaillée.Dès les années 70 ,l'Institut Gustave Roussy de Villejuif avait dénoncé une liste fantaisiste,un tract faux qui circulait dans toute la France mais rien n'y fit et ce papier puis ce mail continua de circuler en faisant peur aux gens qui,comme ce député,ne comprenaient pas pourquoi on continuait de mettre cet additif un peu partout.

Cela entretenait la théorie du complot de l'industrie alimentaire et des labos.D'ailleurs, les ministères de la Santé, de l'Agriculture et les autorités sanitaires ont multiplié les démentis dans les années 80, 90 et 2000 pour tenter d'enrayer la diffusion de ce message. Rien n'y a fait. Près de 40 ans après son apparition, le "tract de Villejuif" se retrouve à la télévision dans les mains d'un député. Nouvelle illustration que certaines rumeurs ont la peau beaucoup plus dure que leurs démentis.

Ce E330 ou acide citrique est utilisé en tant que conservateur et exhausteur de goût, il se trouve en grande quantité dans les produits alimentaires. Celui-ci est toujours utilisé comme additif lorsque le goût doit être frais et fruité, mais également, lorsque les produits doivent être conservés plus longtemps.

J'ai même entendu qu'il était responsable de cancers par l'intermédiaire du cycle de Krebs (mon meilleur souvenir de biochimie): quel connerie !

Cet article a pour but d'essayer de faire comprendre à mes lecteurs que ce Fake News n'est qu'un tout petit exemple de ce que nous recevons sur internet,quelquefois de nos propres amis ,fausses infos qui sont transférées sans vérification et c'est particulièrement vrai pour les réseaux sociaux et la politique: que de bêtises,que d'annonces fausses,que de manipulations.

Je sais bien que les labos nous intoxiquent et je ferai un jour un article dénonçant les vraies intoxications alimentaires et,en attendant,je vous invite à faire votre bouffe vous-même et n'acheter aucun produit industriel,aucun plat préparé et de faire comme mon ami Frédéric,c'est à dire d'aller voir les belles miches de votre boulangère ,de mettre un peu de beurre et une belle tranche de jambon avec la couenne et de remplacer les affreux hamburgers par ce délicieux sandwich.Pour le reste on verra la prochaine fois.

Donc,mes amis,essayez de faire le tri et c'est si facile de vérifier sur le site suivant:

Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es.

 

                              Brillat-Savarin

Partager cet article

Repost0
24 février 2018 6 24 /02 /février /2018 11:41
Mes rosiers et la reproduction des pucerons (poème chti en option)Mes rosiers et la reproduction des pucerons (poème chti en option)Mes rosiers et la reproduction des pucerons (poème chti en option)

Mes rosiers sont envahis de pucerons au printemps et à l'automne,mon épouse se désole et je me suis ainsi intéressé à ces petites bêtes et à leur reproduction pour essayer de ne pas employer d'insecticides mais également d'avoir de magnifiques rosiers qui illumineront le jardin et donneront quelques fois,avec les roses anciennes,des odeurs imprévues.

Alors les pucerons , me direz-vous ? j'y arrive.

Comment fonctionnent les pucerons (petit cours rapide) Eh bien, ils sucent la sève des plantes pour en extraire les éléments nutritifs dont ils ont besoin. Leur appareil buccal piqueur-suceur transperce les tissus végétaux et ponctionne ainsi le précieux suc. Mais, comme ce dernier, essentiellement constitué de sève brute*, est peu nutritif, les pucerons sont obligés de pomper énormément de liquide pour trouver leur compte en éléments utiles. D'où un gros risque d'éclatement auquel les pucerons ont trouvé une parade élégante au niveau anatomique. Leur appareil digestif est conçu pour filtrer la sève absorbée et rejeter aussitôt le liquide appauvri.Pas fou le puceron ,non ?

Tout d'abord,par comparaison,vous savez tous comment on fait des bébés ! Chez l’homme, la cellule mâle est un spermatozoïde, chez la femelle, c’est un ovule. Cette rencontre, si elle est fructueuse, va aboutir  à la fécondation c’est-à-dire à la fusion de ces deux cellules pour n’en former qu’une (le zygote) et sera le départ de l’embryon.C'est la reproduction sexué.

Il en va tout autrement du puceron où des individus femelles engendrent des individus femelles, sans qu'il y ait fécondation de l'oeuf.Soit un puceron ayant une fécondité moyenne d'une trentaine de larves et dont la durée de développement, de la naissance jusqu'à la maturité de reproduction, est de 14 jours ; à raison de neuf générations par an pendant la belle saison, un seul individu pourra être à l'origine de 600 milliards individus !  (Brrrrrrrrrrrr!)
Le poids d'un adulte étant d'environ 1 mg, ce seraient 600 tonnes de pucerons qui auraient pu être produites par une seule femelle en une seule saison ! Vous comprendrez l'animosité de mon épouse envers les pucerons.Les pucerons sont capables de reproduire des clones.

Mais ce n'est pas tout,car le puceron a des ressources mesdames et messieurs,car,à l'automne,les femelles donnent aussi naissance à des mâles ainsi qu'à des femelles et même à des pucerons qui ont les deux sexes (je m'y perds) .C'est ainsi que la femelle sera fécondée par le mâle en automne,après un exercice de haute voltige car cette femelle a ses organes génitaux enfermés et le mâle devra percer le tout pour arriver à ses fins (un genre de ceinture de chasteté mais ne volons pas au secours de la femelle avec un #balancetaceinture !!)

Vous voyez le "bordel" car ce sont des millions de pucerons qui envahissent nos jardins et qui me font pleurer mes roses.

Mais attention !alerte! que voilà ? un insecte rouge avec des points noirs ?? La Coccinelle

Parée de ses élytres rouges flamboyantes à points noirs(qu'est)-ce que je parle bien,j'aurai pu être Maire), la coccinelle est ce redoutable monstre « capable d’engloutir 50 petits pucerons en une journée !» dont parlent toutes les légendes racontées aux petites larves de pucerons pour s’endormir le soir. Sous ses airs d’inoffensive et coquette demoiselle, la coccinelle est en fait un dangereux prédateur pour les pucerons.Et quand elle s'envole de votre main,en plus,il fera beau dimanche ! alors quelle merveille ce petit insecte qui fait la joie des petits mais surtout qui est le seul moyen pour vous (et pour moi) d'éviter les insecticides.

L'histoire s'arrêterait là s'il n'y avait pas un hic: les pucerons sécrètent un miellat adoré par les fourmis (c'est un pacte secret entre les pucerons et les fourmis,chut!) donc les fourmis s'agglutinent près des pucerons , or,ces fourmis sont des prédateurs des coccinelles (quel merdier et quelle déception !)

Ce pourrait être une fable racontée aux enfants: Le Puceron,La Coccinelle et La Fourmi.

Cha in tiot puceron i vin sur'm rosier

Minche in sait pon qui ch'est qui t'minjra  braie el coccinelle

j'va l'mette dans'm gamelle

l'tiotte fourmi attint

et l'impaff'te !!!

(poème créé par mes soins avec tous droits de reproduction interdits)

Conclusion: mettez des coccinelles et.......des boîtes à fourmis.Mais quelle admiration pour Dame Nature !

Mes rosiers et la reproduction des pucerons (poème chti en option)
Mes rosiers et la reproduction des pucerons (poème chti en option)
Mes rosiers et la reproduction des pucerons (poème chti en option)
Mes rosiers et la reproduction des pucerons (poème chti en option)
Mes rosiers et la reproduction des pucerons (poème chti en option)

Partager cet article

Repost0
21 février 2018 3 21 /02 /février /2018 18:44
Les migrants
Les migrants
Les migrants
Les migrants
Les migrants
Les migrants
Les migrants
Les migrants

Cet article vient à la suite de mon interpellation récente par une de mes connaissances qui ne comprenait pas pourquoi j'allais soigner "ces gens là",comme il appelle les migrants.

J'ai d'abord été choqué puis je me suis dit qu'il devait y avoir de ma part,de la part des humanitaires,un déficit d'information.

Qui sont "ces gens là "? d'où viennent-ils ? comment se passe une consultation ? de quoi vivent-ils ? où logent-ils ? il est vrai que toutes ces questions sont assez mystérieuses avec des fantasmes qui circulent sur les réseaux sociaux et qui alimentent la peur de l'autre,la peur de l'étranger,celui qui va venir "manger le pain des Français " comme disait Fernand Raynaud, mais aussi la peur par assimilation au terrorisme.

Tout d'abord qui sont-ils ? et bien cela bouge sans arrêt en fonction des guerres,des génocides,des dictatures violentes et de la famine qui sévit dans certains pays.Je me souviens avoir vu beaucoup de Syriens,Irakiens,Afghans il y a quelques années alors que nous constatons actuellement un déplacement vers l'Afrique Subsaharienne avec du public venant du Soudan,de Guinée,du Nigéria,de Sierra Léone,mais aussi de tous les autres pays de cette région de l'Afrique.

Nous voyons tous les jours beaucoup de mineurs isolés,des enfants avec un âge allant de 14 à 18 ans, mais aussi beaucoup , beaucoup de jeunes de 18 à 30 ans.Il y a bien entendu beaucoup d'hommes mais aussi des femmes et des couples avec enfants.

Actuellement leur histoire leur est commune: il ont souvent quitté leur pays il y a un ou deux ans,souvent pour des motivations violentes,sont arrivés en Libye et là,leur calvaire a débuté pendant souvent presque un an.Ils ont été rançonnés (n'oubliez pas que,pour faire ce voyage,toute une communauté et les familles se sont saignées pour que le jeune puisse atteindre ce qu'ils pensaient être un eldorado,ceci étant entretenu par les passeurs).ils ont été battus et torturés,emprisonnés,ils ont dû travailler gratuitement sous la violence,bref,un cauchemar qui va durer pour eux des mois et des mois avant de pouvoir avoir l'opportunité de prendre un bateau gonflable pour traverser la Méditerranée,leur cimetière potentiel, et arriver en Italie,épuisé mais heureux.

Marseille est une porte d'entrée en France et Médecins Du Monde sans doute la seule adresse où ils savent qu'on les prendra en charge sans qu'ils aient peur,sans aucune arrière pensée de "papiers" ou d'enquête.Beaucoup sont ou deviendront des demandeurs d'asile,ce qui leur permet,jusqu'à ce que cette demande soit acceptée ou rejetée d'être des "visibles".

La porte s'ouvre à 9 heures et une soixantaine de personnes entrent dans la salle d'attente.Les accueillants , les infirmières, les médecins,tous bénévoles, travaillent dans la bienveillance et notre public en a bien besoin.

Chaque cas est étudié,orienté, vers les travailleurs sociaux,vers le dentiste,vers l'infirmière,vers le médecin,toujours dans une confiance réciproque.Les mineurs sont souvent prioritaires et je reviendrai sur leur cas spécifique.Nous soignons en priorité tous celles et ceux qui n'ont aucun droit.

C'est ainsi que les médecins voient arriver chaque consultant et nous essayons de résoudre tous leur problèmes et il y en a beaucoup: tristesse,déprime,traumatisme psychique ,traumatismes physiques (beaucoup de cicatrices apparaissent à l'examen du corps),maladies,etc etc  "Ces gens là" comme disait mon interlocuteur qui a déclenché cet article,ces gens là ont besoin de nous.Je dois avouer que j'ai débuté cette activité il y a une dizaine d'années pour rendre service,pour continuer à faire le métier que j'aime par dessus tout:la médecine ,mais je dois dire que depuis quelques années et surtout depuis quelques mois,depuis que je rencontre toute cette population martyrisée en Libye,et bien je constate que je suis de plus en plus rempli d'empathie pour eux et j'essaie de prendre une autre position que celle du médecin c'est à dire celle du psy,celle aussi du protecteur qui voit cette jeunesse venir  buter contre le mur occidental.Il est très difficile d'obtenir ne serait-ce qu'un sourire mais je m'efforce toujours d'avoir une consultation fraternelle.

Oui,j'avoue que j'aime les migrants,j'aime leur parler,j'aime les rassurer,j'aime les aider,même si je ne suis que d'une toute petite utilité à côté des travailleurs sociaux qui sont plus utiles pour solutionner leurs problèmes : leur donner des droits,manger et dormir en dehors de la rue.

Voir des gamins de 15 ans dormir dans la rue , en hiver,à la gare Saint Charles (car ils sont un tout petit plus en sécurité) est un crève coeur pour nous car la loi exige normalement de leur trouver un logement,ce qui n'est en réalité pas souvent le cas,les foyers étant tous pleins.

Tout un fantasme s'installe sur les réseaux sociaux sur l'argent apporté aux migrants par l'état mais aussi sur les logements qui leurs seraient attribués prioritairement aux Français mais tout est faux et mensonges et la plupart du temps déformé .Seul,un minimum est servi aux demandeurs d'asile jusqu'à ce qu'ils soient évalués.

N'oubliez pas ce terrible chiffre: 12000 personnes n'ont pas de logement à Marseille et parmi elles,beaucoup de mineurs,mais aussi beaucoup de malades psychiatriques.Une vraie catastrophe dans notre monde soit-disant civilisé mais aussi un vrai problème de santé publique.

Heureusement que des associations comme Médecins Du Monde,mais aussi la Croix Rouge,le Secours Catholique , viennent en aide à ces gens perdus dans les ténèbres. Je suis, contrairement aux réflexions entendues ça et là, très fier de participer à l'aide apportée ,avec mes modestes moyens,à leur extraordinaire aventure humaine.Pour avoir plus d'empathie, mettez-vous à leur place et vous verrez qu'au plus profond de vous-même un peu d'humanité ressurgira.

J'espère que certains d'entre vous comprendront et relativiseront leurs misères (municipales ??) bien douces et pour ceux qui ne comprennent pas,et bien,comme j'ai l'habitude de le dire,tant pis pour eux.

Médecins Du Monde,c'est 97% de bénévoles et 3% de salariés sur le territoire national alors faites un DON en utilisant le lien ci-dessous.(déductible de vos impôts,je précise)

Je n'avais pas à me justifier sur cette activité que j'adore mais c'est mieux en expliquant.

Bises à toutes et à tous

 

Les migrants

Partager cet article

Repost0
20 février 2018 2 20 /02 /février /2018 09:10
Le foulard,ce sera bientôt "fichu"
Le foulard,ce sera bientôt "fichu"
Le foulard,ce sera bientôt "fichu"
Le foulard,ce sera bientôt "fichu"
Le foulard,ce sera bientôt "fichu"
Le foulard,ce sera bientôt "fichu"
Le foulard,ce sera bientôt "fichu"
Le foulard,ce sera bientôt "fichu"

Je rebondis sur l'affaire de Mennel,cette jeune femme qui s'est présentée à un radio crochet que je n'ai jamais vu mais qui fait du buzz sur les réseaux sociaux.

Personnellement je me fiche de son foulard,elle avait une belle voix mais elle a malheureusement pour elle un passé qu'elle ne peut gommer.Il faut toujours assumer ses bêtises passées,ses anciennes opinions , même si elles ont été données pendant une jeunesse difficile,mais,d'un autre côté,il faut faire attention de ne pas clouer la jeunesse au pilori car le pardon existe,même si ce n'est qu'un fusil à un seul coup.Mennel a eu tort d'écrire cela mais elle s'est excusée et elle n'a pas l'air,ni les paroles,d'être une intégriste.Mais la société de la transparence , comme le dit Denis Olivennes dans son dernier livre ne fait pas de cadeau.Le défoulement des fachos ou des intégristes sur les réseaux sociaux laissera toujours une trace indélébile et c'est tant mieux car cela évitera aux adeptes de ces réseaux de dire trop de conneries.Faire le malin sur Facebook ou sur Twitter revient toujours comme un boomerang.

Dernière remarque avant de passer au vrai sujet de mon article,si Mennel n'avait pas eu de foulard,on n'aurait certainement pas fouillé autant dans son passé.

Ceci dit,ce n'est pas du tout mon propos qui se porte aujourd'hui plutôt sur le foulard et uniquement le foulard.On en fait toute une affaire,mais les anciens ont souvent la mémoire courte.Je me souviens très bien , dans mon bon village Picard de Beaurieux,de toutes ces vieilles dames ,ces vieilles Beaurivoises,qui portaient un foulard sur la tête que l'on appelait "un fichu".

Le fichu est,originellement,une toute simple pièce de tissu,carrée,pliée en deux pour devenir triangulaire que les paysannes nouaient autour de leur chevelure.Le but premier n'était donc pas esthétique mais purement pratique. Les femmes enroulait le tissu autour de leurs cheveux ou épaules pour ne pas être gênées par leur chevelure en plein travail.                              Devenu ensuite un accessoire de mode, le fichu a donc été détourné de sa fonction première utilitaire.Personnellement,je n'ai jamais beaucoup fréquenté les églises mais j'ai dans mon souvenir la vue de toutes les femmes couvertes d'un foulard lorsqu'elles assistaient à la messe,et j'en conclus que le fichu représentait une sorte de respect ou de soumission .Les musulmanes ne font que répéter nos années passées  et il leur faudra  encore une grande émancipation qui ne viendra qu'avec leur prise de pouvoir et un #balancetonvoile

La société occidentale,notre société en est au stade de #balancetonporc ce qui est peut être le début de la vraie égalité homme femme.Les femmes musulmanes en sont très loin et commencent à retirer leur "grillage" dans certains pays et même à conduire une voiture. N'oublions pas que la femme a eu le droit de voter en France en 1944 seulement et qu'elle n'ont pu ouvrir un compte en banque sans l'autorisation de son mari qu'en 1965 !!!

Petit à petit la femme se libère du joug des hommes dans le monde mais cela se fait à un rythme différent .Selon les cultures chacun ou plutôt chacune fait comme elle veut ou plutôt comme elle peut.

Malheureusement,en France,le foulard est maintenant assimilé à l'Islam qui est souvent confondu avec l'intégrisme qu'il faut bien entendu combattre quelque soit son origine.Mais ne nous trompons pas de cible et rappelons nous les petites vieilles des années 50 et de leur foulard et détendons-nous!!

J'espère que l'avenir me donnera raison.

Bises et bonne soirée.

PS:je ne doute pas des réactions "difficiles" à cet article

Le foulard,ce sera bientôt "fichu"

Partager cet article

Repost0
17 février 2018 6 17 /02 /février /2018 09:53
Expérience hospitalière personnelle
Expérience hospitalière personnelle
Expérience hospitalière personnelle
Expérience hospitalière personnelle
Expérience hospitalière personnelle

Il est 2 heures du matin.Je me réveille en sursaut avec l'impression que quelqu'un frappe à la porte de ma poitrine.Je sens mon coeur battre de façon anarchique.Moi qui ai un coeur très lentcela m'impressionne.Un coup rapide de stéthoscope me fait poser un rapide diagnostique: arythmie par fibrillation auriculaire avec une fréquence ventriculaire à 170/minutes.

Je saute sur ma trousse d'urgence toujours bien fournie pour les copains et les voisins et je m'injecte un anticoagulant.En effet,l'arythmie par fibrillation auriculaire est surtout dangereuse car il se forme des caillots dans l'oreillette et ces caillots peuvent migrer et donner un accident vasculaire cérébral sévère.Certains diront que je suis déjà assez "neuneu" comme cela !!

Mais ce n'est pas pour cette raison que je vous fais cet article mais pour vous raconter l'incompétence de certains services hospitaliers.

Je demande à mon épouse de me conduire à l'hôpital pour réduire ce trouble cardiaque rapidement , puis je me ravise et j'appelle le 15 qui m'envoie à Pertuis,aux urgences.

Je connais la mauvaise réputation de Pertuis mais je suis médecin,je sais exactement le traitement par perfusion à m'injecter et je ne doute pas que cela va aller vite.

C'était sans compter sur l'incompétence du médecin de garde et surtout sa lâcheté et son manque d'empathie.Je vois arriver un homme "muet" , ressemblant à Henri Salvador mais beaucoup moins rigollot,je lui raconte mon histoire et je lui suggère "délicatement" de me faire une perfusion d'amiodarone,toujours très efficace sur cette pathologie.Il ne parle pas,il baisse la tête et disparaît .Je ne le reverrai jamais,malgré mes demandes incessantes aux infirmières.

Je suis donc resté de 2h30 à 9h sous perfusion mais SANS traitement,avec mon coeur qui battait la chamade encore et toujours , ce qui finit par angoisser,même quand on maîtrise bien le diagnostic et ses conséquences.Les infirmières avaient tout compris et étaient toutes désolées mais aucun médecin au pied de mon lit.

J'ai enfin eu un médecin vers 9heures ,après la relève,sans avoir revu le médecin de nuit peu "salvadorien" pour finir, je vis arriver un jeune doc légèrement coincé , peut être parce qu'il avait affaire à un confrère,qui m'a proposé un traitement ,contre mon gré,un traitement qui ne fait que ralentir le coeur , sans arrêter l'arythmie.Bien entendu,ce que je lui avais dit arriva: le coeur se ralentit,puis,une heure après,repris son rythme fou.

Vers 11heures,il revint,en me proposant,presque à voix basse de m'injecter l'amiodarone,ce fameux traitement que j'ai réclamé dès mon arrivée en pleine nuit,traitement qui fit bien entendu son effet.Il m'a fallut attendre donc 8heures pour avoir LE bon traitement.

Je vis enfin vers 13h un bon et vrai cardio,très sympa et efficace, qui m'annonça , après écho cardiaque,que j'avais un vrai coeur de sportif,en très bon état , mais que mon hyperactivité et mes soucis excitaient la conduction intracardiaque.Affaire à suivre avec sans doute une cardioversion .

Aujourd'hui je vais bien ,ou plutôt , je vais mieux et je remercie tous mes amis pour les différentes signes amicaux qu'ils m'ont apportés.

Je reviens sur cette expérience et je pose cette question: pourquoi le 15 envoie t-il ce genre de malade vers un service manifestement incompétent pour ce type d'urgence ??

Pourquoi laisse t-on un médecin aussi incompétent être de garde la nuit dans un tel service ? s'il ne savait pas,il était simple,soit de me transférer,soit d'appeler un cardio de garde à Marseille pour lui demander conseil mais , manifestement,il n'en avait rien à "carrer" .De plus , son manque d'empathie et sa lâcheté (en n'osant pas revenir et en allant sans aucun doute dormir comme une infirmière me l'a laissé entendre) ne font pas honneur à la médecine .

Les infirmières et aide soignantes ont été super et efficaces mais que peuvent-elles faire avec un tel médecin qui gâche le boulot car le but de tout soignant est de voir un malade guéri le plus vite possible;le laisser dans un lit sans traitement doit engendrer une frustration terrible.

La médecine change terriblement et je ne me fais que l'écho de ce que j'entends souvent et que je viens de vivre à mes dépends.Un bon médecin n'est pas uniquement celui qui a de l'expérience,c'est aussi un médecin doué d'empathie mais surtout d'écoute et là,je suis passé au travers.

C'est une histoire qui se termine bien mais je pense à tous les malades qui vont dans des petits services de proximité et qui tombent sur des médecins incompétents ou manquant de professionnalisme et je me demande pourquoi les médecins coordonnateurs du 15  continuent t-ils à envoyer des malades dans de tels services à leurs dépends !!!!!

 

 

Un jour viendra où le principal avantage d'apprendre la médecins sera de se protéger contre les médecins.

 

                               

Partager cet article

Repost0

Ma citation

De mes erreurs de jeunesse,ce qui me contrarie le plus n'est pas de les avoir commises mais de ne plus pouvoir les refaire

Philosophie personnelle

Que la dérision nous apporte la légéreté,la modestie et la réflexion sur le sens de notre vie.
                                Juju