Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'un Picard en Luberon
  • Le blog d'un Picard en Luberon
  • : Le blog du grand!!!Cela fait maintenant 14 ans que vous me lisez assidûment et je vous en remercie. Mon but est de faire profiter mes amis des bons moments que je passe en Provence et dans mon activité de Maire,entouré d'une si belle nature ainsi que la rencontre d'amitiés très fortes.Vous avez droit à tous mes états d'âme sur mes lectures , spectacles expos,rencontres. Enfin tout ce que je pense!!!!!Mais avec humour,dérision et poésie.Ce blog a été créé pour donner de mes nouvelles à tous mes amis et tous mes patients de Picardie auxquels je reste très attaché et qui me le rendent bien en m'envoyant régulièrement des mots doux. De nouveaux articles paraissent très régulièrement.Il y en a maintenant plus de 1500. INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER en donnant votre adresse mail à gauche du blog pour être prévenu automatiquement et de façon anonyme de la parution d'un nouvel article .Pour consulter tous les articles , cliquez sur "liste complète " à droite mais vous pouvez rechercher un sujet particulier dans la rubrique"rechercher"(à gauche) Pour voir les albums de photos à droite cliquez dessus et agrandissez les photos.
  • Contact

Recherchez Un Article Avec Un Mot Clé

Avant-propos

Les grincheux ,sectaires, conventionnels et intolérants n'ont pas accès à ce blog.
J'essaie en effet d'y retrouver l'amitié, la tolérance , la dérision , la confidence ,la poésie et l'amour de la nature.

Ceux qui m'acceptent tel que je suis sont les bienvenus.       

Voici des fruits , des fleurs , des feuilles et des branches,
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous ,
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux
                                                    Paul Verlaine

 

5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 06:29

Mes amis s'amusent souvent de l'humour carabin que j'ai toujours gardé car j'ai été profondément marqué par les premières années de médecine.

Indiscutablement,faire des études de médecine change un homme (ou une femme)et je vais tenter de vous expliquer pourquoi ce fameux humour carabin se développe peu à peu chez ces étudiants là.En tout cas,c'était le cas AVANT et j'ai l'impression que cela a changé maintenant et que ce genre d'humour a tendance à disparaître.

Alors que se passe t-il , quand on avait 18 ou 19 ans,et que l'on mettait un pied à l'hôpital ? et bien il y avait,comme dans toutes les facs,un bizutage sévère (qui a tendance à disparaître) et je ne vous parle pas des organes sexuels au cirage assez classique et que j'avais déjà vécu en sixième,non,il y a plus pervers et l'étudiant a intérêt à se soumettre.Par exemple ,le garçon est en slip;torse nu,on lui met quelques noix dans le slip et l'étudiante doit,les yeux bandés,munie d'un casse noix,aller casser toutes les noix dans le slip du jeune homme.Indiscutablement cela banalise certaines parties du corps mais il y a beaucoup de jeux de ce type souvent encore plus pervers.

Mais ceci n'est pas propre aux étudiants en médecine et a tendance à disparaître ; il y a beaucoup plus spécifique des études médicales,c'est la dissection de cadavres qui n'existe plus non plus depuis longtemps mais que j'ai vécu.Je vous garantis que pour un jeune ,se retrouver dans une grande salle ,toute carrelée en blanc,avec quelques "paillasses" où sont allongés 4 ou 5 cadavres nus,c'est un choc,même pour les plus endurcis.On se doit alors de cacher notre émotion et notre répulsion en faisant le malin et en commençant à sortir des "vannes " horribles,en donnant des petits noms à chacun d'entre eux et en faisant souvent le malin pour se "blinder".Car on n'avait pas le choix,il fallait alors passer à la dissection et là ,je vous prie de croire que ce n'était pas comme avec une grenouille.C'est là que les étudiants se défoulaient le plus et souvent les organes sexuels étaient tranchés et brandis comme un trophée.Tout ceci n'existe plus depuis longtemps et c'est tant mieux mais ceci explique cela (au moins en partie) en effet la nouvelle génération de médecins n'a pas connu cela .

Ensuite,il y a la vie à l'internat(je parle bien sûr de l'internat de l'hôpital),avec concours de chansons paillardes,dessins graveleux peints sur les murs (je me souviens de l'internat de Châlons en Champagne ,magnifique,avec des murs ayant été décorés par des étudiants des Beaux arts mais très suggestifs) et un comportement et un parler crû permanent avec concours de vannes salaces.Les femmes de ménage avaient l'habitude et la direction les triait sur le volet pour qu'elles acceptent cet ambiance si particulière.Par contre ,je me souviens dans les dernières années , que cela avait tendance à disparaître.

Mais c'est surtout le dernier point qui modifie le caractère du carabin qui chante quand il a peur de la mort : quand on a 20 ans et que l'on est confronté à la mort en permanence,comment se défendre,comment se détendre ,pour ne pas sombrer dans la déprime ou la cancérophobie si ce n'est en bombant le torse avec gouaille et provocation.Mes souvenirs vont vers le service de neurochirurgie où je suis resté 6 mois et je me souviens surtout des enfants qui avaient des tumeurs cérébrales invasives,qui étaient attachants,et que je savais condamnés ;de plus,à cette époque,la neurochirurgie était très faible et l'intervention se passait souvent très mal ; imaginez ma tristesse qand on voit un enfant partir au bloc opératoire,avec qui on a souvent passé plusieurs jours ou semaines en riant,en faisant le fou,auquel on s'attache,et que l'on sait pertinemment que cela va mal se passer.C'est un crève coeur . Bien sûr , si la neurochirurgie a fait tant de progrès c'est grâce à toutes ces interventions "ratées" mais que cela a été dur pour le jeune homme que j'étais.

J'avais 20 ans ,j'étais déjà surveillant au lycée pour payer mes études mais ,en plus,pour avoir un peu plus d'argent,je gardais des comas ,la nuit.Imaginez une grande salle avec une quarantaine de personnes dans le coma, allongées et moi,seul toute la nuit ,pour aspirer ceux qui s'étouffent par encombrement,pour surveiller les perfusions et les changer etc..je vous garantis que c'est traumatisant et j'avoue avoir été traumatisé pendant quelques mois et même quelques années et encore aujourd'hjui,quand j'y pense,je sais combien cela a été difficile.Alors il n'y a que l'humour le lendemain,avec les copains et les copines,pour faire le malin,comme si la nuit était passée comme une lettre à la poste.Mais que cela a été difficile .

Si vous mettez toutes ces raisons bout à bout ,vous comprendrez sans doute la transformation presque obligatoire de tous les jeunes gens de l'époque.Je précise de l'époque car je pense avoir été dans les derniers à vivre ce genre d'aventure médicale.En effet,j'ai vu ensuite arriver à l'internat des étudiants en couples, sérieux,la dissection avait disparu,la médecine s'est cloisonnée,les gardes d'internes,que je faisais seul,sont maintenant très différentes.Alors que l'on était responsables de tout la nuit (médecine,chirurgie, pédiatrie,gynéco) maintenant,chaque spécialité a son interne de garde et l'angoisse est inférieure,car à l'époque,si ,nous avions réveiller le chirurgien par erreur,on se faisait pourrir pendant plusieurs jours devant tout le monde alors on réfléchissait à 2 fois avant de le réveiller et on essayait de résoudre TOUS les problèmes seuls avec les infirmières.Ceci était très ,très formateur mais ô combien stressant.Alors il fallait chanter des paillardes et participer aux concours de vannes pour montrer sa force,pour braver la mort et le cancer qui nous foutait la trouille ,et pour se prouver à soi-même que l'on n'avait pas peur.

Je termine en vous mettant un petit dessin humoristique mais ce nest pas de la fiction car en garde,javais eu le même genre de patient mais .... avec une boule de billard (pour les initiés,sans doute un "rétro" mal négocié !!)

2987701353.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by sage alain - dans alain.sage
commenter cet article

commentaires

Ma citation

De mes erreurs de jeunesse,ce qui me contrarie le plus n'est pas de les avoir commises mais de ne plus pouvoir les refaire

Philosophie personnelle

Que la dérision nous apporte la légéreté,la modestie et la réflexion sur le sens de notre vie.
                                Juju