Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'un Picard en Luberon
  • Le blog d'un Picard en Luberon
  • : Le blog du grand!!!Cela fait maintenant 14 ans que vous me lisez assidûment et je vous en remercie. Mon but est de faire profiter mes amis des bons moments que je passe en Provence et dans mon activité de Maire,entouré d'une si belle nature ainsi que la rencontre d'amitiés très fortes.Vous avez droit à tous mes états d'âme sur mes lectures , spectacles expos,rencontres. Enfin tout ce que je pense!!!!!Mais avec humour,dérision et poésie.Ce blog a été créé pour donner de mes nouvelles à tous mes amis et tous mes patients de Picardie auxquels je reste très attaché et qui me le rendent bien en m'envoyant régulièrement des mots doux. De nouveaux articles paraissent très régulièrement.Il y en a maintenant plus de 1500. INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER en donnant votre adresse mail à gauche du blog pour être prévenu automatiquement et de façon anonyme de la parution d'un nouvel article .Pour consulter tous les articles , cliquez sur "liste complète " à droite mais vous pouvez rechercher un sujet particulier dans la rubrique"rechercher"(à gauche) Pour voir les albums de photos à droite cliquez dessus et agrandissez les photos.
  • Contact

Recherchez Un Article Avec Un Mot Clé

Avant-propos

Les grincheux ,sectaires, conventionnels et intolérants n'ont pas accès à ce blog.
J'essaie en effet d'y retrouver l'amitié, la tolérance , la dérision , la confidence ,la poésie et l'amour de la nature.

Ceux qui m'acceptent tel que je suis sont les bienvenus.       

Voici des fruits , des fleurs , des feuilles et des branches,
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous ,
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux
                                                    Paul Verlaine

 

17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 08:44

La discussion bat son plein sur la fin de vie.Comme tous mes confrères j'ai eu à gérer la fin de vie de nombre de mes patients et j'en suis toujours ressorti bouleversé car , comme vous le savez,j'étais et je reste très attaché à eux car je les ai toujours considéré comme un membre à part de ma famille.

Alors que faut-il faire ? c'est bien sûr très difficile et je ne suis pas certain que l'on prenne le sujet par le bon bout.Tout au long de ma vie professionnelle j'ai essayé de régler ce problème et je pense qu'aucun de mes patients n'est parti dans d'atroces souffrances comme il est dit quelquefois.En effet il est très facile pour un médecin,en accord avec la famille,de pousser les doses de morphine qui font disparaitre la souffrance mais aussi qui abrège la vie de ceux qui sont en fin de vie .Nous avons donc à notre disposition les moyens qui existent déjà et j'ai du mal à comprendre la proposition d'une nouvelle loi.

Je ne reviendrai pas sur la mission du médecin qui est de donner la vie et de la gérer en bonne santé et non de faire mourrir.Cela ne me poserait pas de problème particulier et je comprend les motivations des malades et des familles.Non,ce qui me gêne c'est l'officialisation de l'euthanasie qui va nous entraîner dans des problèmes éthiques impossibles à résoudre:

1- le malade et sa famille ayant décidé de passer à l'acte , qui va décider si tout est réglementaire dans cette volonté de mourrir ? car il existe des malades encombrants,des familles peu recommandables,des histoires d'héritage,etc..

2-quand le malade est atteint de la maladie d'Alzheimer et qui est en fin de vie ( il y en a près d'un million d'Alzheimer actuellement et cela ne fait qu'augmenter),qui va décider pour le malade ? la famille ? une commission ?

3-enfin quand va t-on décider de mettre fin à la vie ? dès que la souffrance est là ? mais le seuil de la douleur est différent d'un malade à l'autre. Où alors quand le malade le demande ? mais s'il le fait dès le début de sa maladie et dès qu'il a apris qu'il était condamné , que fait-on alors ? et puis personne n'a évalué la fragilité psychologique des patients mais aussi des familles.Que se passera t-il quand une personne fragile ayant autorisé l'euthanasie d'un parent présentera une dérive dépressive ensuite avec culpabilisation ?

Le problème n'est pas aussi simple que ce que l'on entend sur les médias.Vous avez tous autour de vous des cas similaires et vous savez que les problèmes de famille sont si aigus dans notre société que j'ai peur des dérives.( la dérive d'une famille qui se débarasse d'un parent, cela peut exister )

Pourquoi ne pas renforcer la loi Léonetti qui permet tout simplement de soulager le malade à n'importe quel prix en faisant également une éducation des médecins pour qu'ils facilitent la fin de vie en abrégeant la souffrance et en accédant à la volonté du patient mais sous une forme plus douce  et en créant une cellule de fin de vie à domicile avec aide-soignants,infirmière , médecin et bien sûr famille .La solution n'est-elle pas là ? elle serait moins coûteuse et chacun d'entre nous n'aspire t-il pas à mourrir dans son propre lit ?

Créer de multiples structures de soins palliatifs n'est à mon avis pas la solution aujourd'huiet et la crise étant là,ce serait de toutes les façons impossible .Nous avons à notre disposition des médicaments suffisamment puissants pour éviter la dégradation qui évolue en misère physiologique ;utilisons ces moyens à plein régime qui apaiseront les mourrants et par conséquence la famille.Faisons attention à la pilule qui tue car elle est source de dérives.Je comprend qu'il faille mourrir dans la dignité mais nous en avons déjà lla possibilité et gare aux problèmes d'éthique!!

 

Je n'ai pas peur de mourrir.Je veux seulement ne pas être présent quand cela arrivera.

 

                         Woody Allen

Partager cet article

Repost 0
Published by sage alain - dans alain.sage
commenter cet article

commentaires

Marc DUPUY 19/12/2013 13:59


Je pense (à titre personnel) qu ela loi prévue est faite pour ne plus interdire ce qui existe déjà de fait.

La loi ne change pas l'éthique qui est garantie par l'Ordre des Médecins. La loi traduit un changement de mœurs.

sage alain 18/12/2013 16:31


Oui Viviane,je comprend votre point de vue,mais ce n'est pas si simple.Dire qu'il n'y a qu'à faire une loi pour l'euthanasie ne resoud pas tous les problèmes que j'ai évoqué et les dérives
possibles.On cite toujours votre exemple qui est toujours le même mais je peux vous citer des dizaines de cas limites.Et si je suis dépressif de type mélancolie et que j'ai décidé de mourrir car
cela fait 20 ans que j'ai envie de mourrir????j'ai surveillé des comas toutes les nuits pendant mes études de médecine(pour gagner un peu d'argent et ainsi financer mes études) toutes les nuits
j'vais 40 comas.J'en ai vu 6 revenir dans notre monde.J'ai aussi un ami personnel qui est resté 2 ans dans le coma après un accident et qui va très bien aujourd'hui.Chevénement aurait-il été
dbranché puisqu'il n'y avait plus d'espoir.Je peux vous présenter une dame de Puget restée 4 mois dans le coma et qui va bien et est parmi nous maintenant dans les associations!!! que dire de
tout cela et j'ai quantité d'autres exemples.Alors une loi peut être mais attention!!!!


Bonnes fêtes de fin d'années à tous les deux

Viviane Le Douaron 18/12/2013 10:50


Merci, Alain, de ce témoignage plein d'émotion.


Pour ma part, je trouve très bien qu'on lève le tabou, que les dispositions anticipées soient mieux connues : je souhaite avoir la liberté de ne pas subir la dégradation du corps, l'incontinence,
les escarres, voire pire en cas d'AVC, comme l'a très bien montré le film Amour. Un de mes proches, depuis un AVC il y a 3 ans, agonise en EPAD, ne reconnaissant personne, nourri à  la
cuiller, inerte sur son lit. A 94 ans, que peut-on espérer pour lui ? Est-ce encore vivre ? A côté de lui, un monsieur est comme cela depuis 10 ans...


Oui, une loi est nécessaire pour que les directives anticipées soient connues et respectées...


 

Ma citation

De mes erreurs de jeunesse,ce qui me contrarie le plus n'est pas de les avoir commises mais de ne plus pouvoir les refaire

Philosophie personnelle

Que la dérision nous apporte la légéreté,la modestie et la réflexion sur le sens de notre vie.
                                Juju