Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'un Picard en Luberon
  • Le blog d'un Picard en Luberon
  • : Le blog du grand!!!Cela fait maintenant 14 ans que vous me lisez assidûment et je vous en remercie. Mon but est de faire profiter mes amis des bons moments que je passe en Provence et dans mon activité de Maire,entouré d'une si belle nature ainsi que la rencontre d'amitiés très fortes.Vous avez droit à tous mes états d'âme sur mes lectures , spectacles expos,rencontres. Enfin tout ce que je pense!!!!!Mais avec humour,dérision et poésie.Ce blog a été créé pour donner de mes nouvelles à tous mes amis et tous mes patients de Picardie auxquels je reste très attaché et qui me le rendent bien en m'envoyant régulièrement des mots doux. De nouveaux articles paraissent très régulièrement.Il y en a maintenant plus de 1500. INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER en donnant votre adresse mail à gauche du blog pour être prévenu automatiquement et de façon anonyme de la parution d'un nouvel article .Pour consulter tous les articles , cliquez sur "liste complète " à droite mais vous pouvez rechercher un sujet particulier dans la rubrique"rechercher"(à gauche) Pour voir les albums de photos à droite cliquez dessus et agrandissez les photos.
  • Contact

Recherchez Un Article Avec Un Mot Clé

Avant-propos

Les grincheux ,sectaires, conventionnels et intolérants n'ont pas accès à ce blog.
J'essaie en effet d'y retrouver l'amitié, la tolérance , la dérision , la confidence ,la poésie et l'amour de la nature.

Ceux qui m'acceptent tel que je suis sont les bienvenus.       

Voici des fruits , des fleurs , des feuilles et des branches,
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous ,
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux
                                                    Paul Verlaine

 

24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 14:12

A mon corps défendant,je viens de passer 5 jours en milieu hospitalier,un grand hôpital marseillais renommé et dans un service de pointe. Une journée en hôpital de jour,puis deux jours en externe pour passer divers examens puis une hospitalisation de deux jours,avec intervention chirurgicale.En dehors des médecins , personne ne savait que j'étais moi-même médecin et je me suis bien gardé de le dire.J'ai pu ainsi regarder et écouter.

Il y a tant de choses à dire,pas seulement des critiques d'ailleurs,car globalement le système est bien huilé de l'intérieur,chaque personne ayant un poste et une tâche bien déterminés avec bien entendu des aide-soignantes ou des infirmières grincheuses mais également de très chouettes.On le voit tout de suite , dès qu'elles rentrent dans la chambre,soit avec le sourire avenant soit avec une mine crispée qui fait comprendre instantanément qu'elle fait son job mais qu'il ne faut pas lui demander quoi que ce soit en plus. Tout ceci je l'avais déjà connu lors de mon accident de moto,en réanimation où seules,deux personnes m'avaient un peu choyé :une mémé marocaine et une jeune sénégalaise.Car faire la toilette de quelqu'un qui est fracturé de partout demande de la considération et rien que de la considération.

Le hic,dans un hôpital bien huilé,avec des employés aux caractères différents qui ne sont que le reflet de ceux de la société,le hic je disais donc,c'est qu'il y a des malades,toutes sortes de malades:des vieux,des jeunes,des plaintifs,des incohérents,des alcoolo sevrés,des maniaques du rangement,des hommes,des femmes,des grands,des petits,des chiants,des racistes (extrait de ce que j'ai entendu:"mon pauvre monsieur,vous avez vu,ils font passer les étrangers avant nous")des gueulards,des peureux(et on peut les comprendre) des impatients,etc..etc.. enfin la diversité qui peuple notre planète.

Je me suis contenté seulement d'observer et d'écouter les malades.

Parlons tout d'abord des attentes interminables:3 heures dans une salle d'attente lundi,2h1/2 mardi et 2 h encore mercredi.On voit alors tout un panel de caractères : ceux qui engagent la conversation en essayant de savoir quelle est votre maladie,ceux qui comptent les minutes de retard,ceux qui se racontent ,ceux qui ne disent ni bonjour ni au revoir,ceux qui font un cours de médecine,ceux qui critiquent mais aussi ceux qui glorifient le chirurgien,ceux qui essaient de passer avant les autres en prétextant un train à prendre,ceux qui accompagnent leur parent avec amour,bref,la salle d'attente est à elle seule une petite société.

Deux heures d'attente avant d'entrer dans le bloc opératoire , entouré de malades surprenants,soit incohérents dans leur propos,soit me racontant toute leur misère de A à Z plus ceux de leur famille,guettant leur tour avec impatience ... et mécontentement quand quelqu'un passe devant eux (même si ce n'est pas pour le même chirurgien) Et puis il y a ce petit vieux qui me fait de la peine et qui parle seul et fort,qui dit être là depuis 4 heures (je suis arrivé après lui et parti dans le bloc avant lui) essayant de maîtriser son envie de pisser (pas de toilettes , pas de pistolet pour uriner dans le sas d'un avant bloc tout neuf!!!) et puis un nouveau voisin arrive ,me racontant comment il s'est fait couper la main,avec tous les détails à la seconde près(ah,cet électro-aimant !!),puis qui m'a fait part de son angoisse:"pourrais-je retravailler un jour ? "; touchant et même poignant.

Arrive ensuite une jeune dame "étrangère" comme certains l'insinuaient mais qui,à la discussion était une bonne Marseillaise bien sympa,mais traumatisée dans sa chair mais aussi dans sa tête avec la peur au ventre.

Alors bien entendu,bavard comme je suis avec tout le monde j'ai essayé de rassurer,de compatir, d'écouter. jusqu'à ce que l'anesthésiste vienne en me disant à voix haute :" Docteur,c'est à vous" et j'ai pu voir de l'étonnement dans le regard des autres,comme s'ils se disaient:" un médecin malade,c'est douteux??"

Il y enfin le co-chambré (cela m'amuse car je vais le chambrer un peu) un ancien militaire ,ancien pompier,qui m'a raconté ses misères,celles de toute sa famille, son petit job Corse peu payé qu'il cumulait avec sa retraite militaire,mais qui m'a surtout expliqué tous les rouages de l'hôpital,qui m'a fait une véritable leçon de médecine,de brancard,de pansement,de fonctionnement d'un hôpital avant d'avoir l'air interloqué quand l'interne est venu me voir en me disant:"Docteur vous sortez ce midi".

Je ne tire aucune gloriole à vous raconter cela,mais j'ai été amusé.C'est un plongeon dans les ténèbres de la maladie et de la souffrance ,un plongeon anonyme qui m'a permis de voir l'envers du décor,côté malade, comme je l'avais vu lors de mon accident de moto,mais que je n'avais pas remarqué me concentrant exclusivement sur ma remontée à la surface.

J'aurai bien d'autres choses à raconter sur la vie à l'hôpital,sur les soignants,et surtout sur l'organisation.Car si les soins sont très bons,si les chirurgiens et les anesthésistes sont très professionnels et pointus,comment se fait-il,dirai-je avec humour,que lors du dîner d'hier soir, mon voisin ait eu un yaourt et moi pas ????

 

C'est le temps passé dans les salles d'attente qui fait des malades ....des patients.

Partager cet article

Repost 0
Published by sage alain - dans alain.sage
commenter cet article

commentaires

sage alain 25/10/2014 16:47


un ami de facebook m'a fait remarquer qu'il y a avait aussi des médecins qui manquaient de considération et je suis d'accord avec lui et malheureusement comme je le lui ai écrit.Mais mon propos
n'était pas la Médecine à qui j'ai déjà consacré des articles regrettant l'attachement aux patients du passé.


Merci Frédéric

chantal 25/10/2014 09:28


Je pense que la mini société que tu as observé est le reflet de notre société actuelle . Les mêmes réflexions sont aussi présentes lors de réunions diverses et variées ( amis, professionnelles
etc) sauf que dans une salle d'attente , cela est plus anonyme et la parole semble plus libre. Pour le yaourt, tu es privilégié car on sait que le lait n'est pas bon pour la santé.


biz et à bientôt de te voir en pleine forme , j'en suis persuadée. Chantal     

Alain Balbo 24/10/2014 22:46


Très intéressant, Alain, même si l'on perçoit ta retenue à en dire davantage !
Mais on peut comprendre, docteur Sage !
Amicales pensées
Alain de Provence

Ma citation

De mes erreurs de jeunesse,ce qui me contrarie le plus n'est pas de les avoir commises mais de ne plus pouvoir les refaire

Philosophie personnelle

Que la dérision nous apporte la légéreté,la modestie et la réflexion sur le sens de notre vie.
                                Juju