Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'un Picard en Luberon
  • : Le blog du grand!!!Cela fait maintenant 14 ans que vous me lisez assidûment et je vous en remercie. Mon but est de faire profiter mes amis des bons moments que je passe en Provence et dans mon activité de Maire,entouré d'une si belle nature ainsi que la rencontre d'amitiés très fortes.Vous avez droit à tous mes états d'âme sur mes lectures , spectacles expos,rencontres. Enfin tout ce que je pense!!!!!Mais avec humour,dérision et poésie.Ce blog a été créé pour donner de mes nouvelles à tous mes amis et tous mes patients de Picardie auxquels je reste très attaché et qui me le rendent bien en m'envoyant régulièrement des mots doux. De nouveaux articles paraissent très régulièrement.Il y en a maintenant plus de 1500. INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER en donnant votre adresse mail à gauche du blog pour être prévenu automatiquement et de façon anonyme de la parution d'un nouvel article .Pour consulter tous les articles , cliquez sur "liste complète " à droite mais vous pouvez rechercher un sujet particulier dans la rubrique"rechercher"(à gauche) Pour voir les albums de photos à droite cliquez dessus et agrandissez les photos.
  • Contact

Recherchez Un Article Avec Un Mot Clé

Avant-propos

Les grincheux ,sectaires, conventionnels et intolérants n'ont pas accès à ce blog.
J'essaie en effet d'y retrouver l'amitié, la tolérance , la dérision , la confidence ,la poésie et l'amour de la nature.

Ceux qui m'acceptent tel que je suis sont les bienvenus.       

Voici des fruits , des fleurs , des feuilles et des branches,
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous ,
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux
                                                    Paul Verlaine

 

17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 20:11

À la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis.

 

                         Martin Luther-King

 

C'est une très belle phrase de Martin Luther Long, c'est une phrase qui parle beaucoup et qui dit beaucoup de l'amitié Je parle bien entendu de la véritable amitié , celle qui rend inséparable  le corps comme l'esprit, celle qui rassure en cas de difficulté,celle qui permet de lutter contre les sévices infligés par la vie.

Je viens de passer une journée avec des amis en grande difficulté ,ce qui motive ,en partie ,cet article .

J'ai entendu mes amis me raconter que les amis s'évaporaient en cas de problèmes graves. Je savais cela mais j'ai toujours trouvé cela curieux car c'est dans ces périodes qu'on a besoin de ses amis. Je parle bien entendu des vrais. Ceux qui vous parlent affectueusement quand le ciel est à l'orage. 

J'ai toujours essayé d'être présent lors des difficultés de mes amis ou des gens que j'appréciais , très présent , trop présent peut être car cela déteignait sur mon moral. Mes proches me disaient que c'était  à cause de mon métier et de la déformation de l'attachement du médecin à son patient mais je ne le pense pas car ,pour moi, c'était surtout le fil amical invisible qui me guidait .

La vie avance et les amis passent et ceux qui restent et qui traversent avec vous les joies et les épreuves, ceux qui résistent au temps qui passe, ceux qu'on soutient quoi qu'il arrive ,  ceux qui sont là dans toutes les peines mais qu'on trouve aussi dans tous les moments de bonheur  restent vos vrais amis mais réfléchissez et comptez , comptez sur combien de personnes vous pourrez alors vous appuyer,ceux qui sauront vous apaiser et vous serez sans doute déçus car une main vous suffira avec ses 5 doigts pour en faire le tour.Les autres, tous les autres, sont des "amis de passage ",des amis de circonstance, des amis à qui il manque une seule chose: la sincérité de l' échange.

J'ai entendu mes amis dans la tourmente me dire combien ils avaient été  déçus de certains comportements, des gens qui s'écartent mais ils m'ont également dit qu'ils avaient été tout autant surpris par des personnes qui se découvraient par leur sollicitude .

Cette découverte , je l'ai déjà fait en en observant la société et j'ai toujours été étonné de voir arriver des personnes aidantes et aimantes alors qu'on ne les attendait pas. C'est souvent une surprise, une bonne surprise qui vient , un peu, compenser les mauvaises.

J'ai entendu dire que les gens en difficulté s'isolent. Je ne le pense pas. Simplement les discussions futiles ne les intéressent plus car ils se recentrent sur des problèmes vitaux  et j'ai alors remarqué qu'il faut " aller les chercher" pour  avoir un contact car leur souffrance n'a d'égal que l'indifférence ambiante.

Mettre la tête dans le sable et éviter la discussion est un mauvais présage amical. Faire comme si rien n'avait changé en est un autre.Ceux qui sont en souffrance,connaissent tous le "bon courage ",ou la main qui presse anormalement le bras,ou encore le "on pense souvent à toi" et enfin le fameux "ça va ? "dont l'intonation n'incite à aucune réponse .

Bien sûr il y a les lâches, bien sûr il y a les timides,bien sûr il y a les phobiques des problèmes de maladie mais tous mes amis en difficulté me répètent ou m'ont souvent répété, ce que je comprends fort bien, qu'une question amical, placée au bon moment (et sûrement pas en public )une question douce ,une question personnelle avec un regard non fuyant n'est pas une forme de courage mais simplement une forme d'amitié .

Le silence c'est pire que tout,c'est blessant et c'est surtout décevant ; toutes les personnes passées par là me disent alors que, à cette occasion, quelque chose se casse, vous savez ce fil invisible évoqué au début de l'article qui se rigidifie petit à petit pour se briser sur l'écume du silence

Je pense souvent à mes amis que j'ai beaucoup aidé et que  j'ai vu ressurgir du néant.Mais j' ai vu aussi sombrer des potes,même en présence  de ceux qui étaient attachés par ce fameux fil. Mais que leur présence a été ô combien utile !

Vous aurez peut être un jour vous aussi  besoin de ce fameux fil mais c'est un fil sélectif un fil qui ne casse qu'une fois et qui, même avec le grand pardon, aura du mal à redevenir aussi résistant à toute épreuve.

Vous voyez,j'ai entendu dire que j'étais cinglé après ma discussion avec mes poules dans mon dernier article,d'autres vont dire cette fois-ci que je suis trop sérieux.En réalité,j'écris comme je pense et les jours ne se ressemblent pas.

Bonne journée

 

 

L'amitié ne rend pas le malheur plus léger,mais en se faisant présence et dévouement,elle permet d'en partager le poids,et ouvre les portes de l'apaisement.

 

                           Tahar Ben Jelloun

Le silence

Partager cet article

Repost0

commentaires

Ma citation

De mes erreurs de jeunesse,ce qui me contrarie le plus n'est pas de les avoir commises mais de ne plus pouvoir les refaire

Philosophie personnelle

Que la dérision nous apporte la légéreté,la modestie et la réflexion sur le sens de notre vie.
                                Juju