Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'un Picard en Luberon
  • Le blog d'un Picard en Luberon
  • : Le blog du grand!!!Cela fait maintenant 14 ans que vous me lisez assidûment et je vous en remercie. Mon but est de faire profiter mes amis des bons moments que je passe en Provence et dans mon activité de Maire,entouré d'une si belle nature ainsi que la rencontre d'amitiés très fortes.Vous avez droit à tous mes états d'âme sur mes lectures , spectacles expos,rencontres. Enfin tout ce que je pense!!!!!Mais avec humour,dérision et poésie.Ce blog a été créé pour donner de mes nouvelles à tous mes amis et tous mes patients de Picardie auxquels je reste très attaché et qui me le rendent bien en m'envoyant régulièrement des mots doux. De nouveaux articles paraissent très régulièrement.Il y en a maintenant plus de 1500. INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER en donnant votre adresse mail à gauche du blog pour être prévenu automatiquement et de façon anonyme de la parution d'un nouvel article .Pour consulter tous les articles , cliquez sur "liste complète " à droite mais vous pouvez rechercher un sujet particulier dans la rubrique"rechercher"(à gauche) Pour voir les albums de photos à droite cliquez dessus et agrandissez les photos.
  • Contact

Recherchez Un Article Avec Un Mot Clé

Avant-propos

Les grincheux ,sectaires, conventionnels et intolérants n'ont pas accès à ce blog.
J'essaie en effet d'y retrouver l'amitié, la tolérance , la dérision , la confidence ,la poésie et l'amour de la nature.

Ceux qui m'acceptent tel que je suis sont les bienvenus.       

Voici des fruits , des fleurs , des feuilles et des branches,
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous ,
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux
                                                    Paul Verlaine

 

28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 20:47

Et oui,le soleil froid du matin provençal ne m'annonçait pas qu'une journée radieuse ! Alain,il ne fallait pas ouvrir ta messagerie qui n'est pas toujours porteuse de bonnes nouvelles ; l'instit de ma jeunesse,ma première instit,celle qui m'a accompagnée (et ensuite son mari jusqu'à la sixième) venait de fermer les yeux dans la campagne axonaise.

Pourquoi pleurer me direz-vous ? et bien lisez et vous comprendrez sans doute.

Ils s'étaient installés très jeunes à Beaurieux,petit village situé au bord de l'Aisne et sur les contreforts du Chemin des Dames,haut lieu de la guerre 14/18. Tous les deux, ils ont vu défiler les petits du village,les Beaurivois et les Beaurivoises,(Beaurieux venant de Beau Rivage),en somme ,tous les garnements,les gredins,les douces filles mais aussi les pimbêches,les fainéants,les timides et les doués.Ils les ont modelés,pas toujours facilement,pour en faire pour la plupart "des gens bien".

Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne connaîtront jamais:c'était l'époque du lait de Pierre Mendès France à 16 heures,c'était l'époque où on allait en classe les lundis,mardis,mercredis,vendredis et samedis toute la journée (et oui !) avant d'avoir son samedi après-midi,c'était l'époque où on faisait le poêle tous les jours , à tour de rôle,les cendres,le charbon,mais aussi l'époque des blouses,des encriers,de la craie,des billes (et du biscaillin),c'était l'époque où j'étais un petit diable qui avait horreur de la règle en fer sur mes doigts de fée (hum),un petit diable qui tirait les sonnettes de son instit le dimanche,c'était une époque où je n'avais pas de télé,mes parents pas de voiture,où toutes mes vacances se passaient dans le village,c'était une époque où il y avait les WC au fond du jardin,où je n'avais pas de chambre.....bref,c'était une époque sans jouet (vous connaissez sans doute la véritable histoire de l'orange à Noël) mais c'était une époque joyeuse et fraternelle.

Sans mes instits,mes parents ne m'auraient jamais envoyés pensionnaire à Reims,dans un grand lycée,ils n'auraient pas essayé d'avoir une bourse et mon destin n'aurait pas été le même.Je leur dois beaucoup et j'ai eu la chance de leur dire en septembre dernier,alors que je passais leur rendre visite en tandem,dans un jardin très bucolique,de façon apaisée joyeuse et fraternelle,nous avons pu échanger ,non pas de nos parcours mais de la vie,tout bêtement,de cette vie dont ils sont co responsables.Ce fut une très belle journée avec une dame délicieuse, d'une gentillesse au-delà de ce que je pourrais décrire,curieuse de ce que "Alain" avait fait depuis que je ne l'avais appelée.

C'est sans doute cette bienveillance dont je vous parle souvent qui était là,devant moi,en personne,qui m'avait façonné,et qui avait laissé des traces.

Ce jour de septembre,je suis reparti nostalgique,non pas de notre passé commun mais de cette journée,surtout quand l'horloge tourne si vite et nous rappelle qu'il reste 50 km à faire ....en tandem.

Tous les enfants de Beaurieux de cette époque bénie doivent,comme moi ce soir,se sentir un peu orphelin d'une dame au sourire bienveillant,et toutes et tous auront comme moi la gorge nouée et les paupières humides car un miroir du passé vient de se briser dans nos coeurs déjà vieux de 70 ans.On pense à notre instit qui va rester orphelin de sa merveilleuse femme et que j'appellerai  sans faute,on pense aussi à ses enfants.

Une belle page du livre de Beaurieux se tourne.

Avoir 70 ans,perdre son institutrice et pleurer.

Partager cet article

Repost 0
Published by sage alain
commenter cet article

commentaires

Marie-Odile 20/01/2017 11:03

Je n'ai pas pu l'accompagner ce triste jour, elle qui a accompagné, tout en douceur, tant d'enfants pendant tant d'années. Respect...

Barbier Odette 29/12/2016 13:42

Elle devait être formidable, sachant se faire respecter et faire avancer les enfants, je comprends votre émotion.
j'ai connu aussi : le lait de Mendes France, le poêle qui devait chauffer toute la maison, mon père faisait du jardin, des poules, des lapins, nous étions bien nourris. Les jouets ne nous manquaient pas, il y avait la nature où on jouait dès les premiers rayons de soleil, la rivière où j'allais me baigner avec mon père, quels bons souvenir !! Bonne année et bonne santé

Pellien 29/12/2016 12:09

Quand je te lis je vois tout ce que j'ai eu nous avons les mêmes images du passé d'hier les temps étaient durs mais ce ne sont que de bons souvenirs qui nous ont formé pour la vie qui n'est pas toujours facile bonne année et surtout bonne santé mon pote

Sylvie kopko 29/12/2016 07:55

Quel bel hommage ,
j'espère qu'elle l'a entendu .

Bruno 28/12/2016 21:56

Un bien bel hommage, très émouvant.

Ma citation

De mes erreurs de jeunesse,ce qui me contrarie le plus n'est pas de les avoir commises mais de ne plus pouvoir les refaire

Philosophie personnelle

Que la dérision nous apporte la légéreté,la modestie et la réflexion sur le sens de notre vie.
                                Juju