Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'un Picard en Luberon
  • : Le blog du grand!!!Cela fait maintenant 14 ans que vous me lisez assidûment et je vous en remercie. Mon but est de faire profiter mes amis des bons moments que je passe en Provence et dans mon activité de Maire,entouré d'une si belle nature ainsi que la rencontre d'amitiés très fortes.Vous avez droit à tous mes états d'âme sur mes lectures , spectacles expos,rencontres. Enfin tout ce que je pense!!!!!Mais avec humour,dérision et poésie.Ce blog a été créé pour donner de mes nouvelles à tous mes amis et tous mes patients de Picardie auxquels je reste très attaché et qui me le rendent bien en m'envoyant régulièrement des mots doux. De nouveaux articles paraissent très régulièrement.Il y en a maintenant plus de 1500. INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER en donnant votre adresse mail à gauche du blog pour être prévenu automatiquement et de façon anonyme de la parution d'un nouvel article .Pour consulter tous les articles , cliquez sur "liste complète " à droite mais vous pouvez rechercher un sujet particulier dans la rubrique"rechercher"(à gauche) Pour voir les albums de photos à droite cliquez dessus et agrandissez les photos.
  • Contact

Recherchez Un Article Avec Un Mot Clé

Avant-propos

Les grincheux ,sectaires, conventionnels et intolérants n'ont pas accès à ce blog.
J'essaie en effet d'y retrouver l'amitié, la tolérance , la dérision , la confidence ,la poésie et l'amour de la nature.

Ceux qui m'acceptent tel que je suis sont les bienvenus.       

Voici des fruits , des fleurs , des feuilles et des branches,
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous ,
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux
                                                    Paul Verlaine

 

20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 17:11
Ma journée sur l'Aquarius avec SOS Méditerranée et Médecins du Monde

Le beau temps était de la partie.Le beau bateau rouge nous attendait,tranchant sur le bleu azur du ciel marseillais et la couleur turquoise de la mer.

L'Aquarius est imposant.A 18h ce soir il est parti au large de la Libye secourir ces pauvres sbires qui fuient la guerre,les bombes et le carnage.Je fais la connaissance de Stéphanie,une jeune Mexicaine parlant parfaitement le Français,d'Anne une Française,toutes deux médecins en partance pour 3 mois au large de Lampedusa ainsi que deux infirmières et bien entendu tous les matelots qui vont participer à ces sauvetages.L'ambiance est bonne et le plein de rigolade est fait par tous les partants avant la tragédie qui s'annonce.

Les visiteurs se pressent pour visiter le bateau aménagé et mon job est d'expliquer au public le but de cette opération et de répondre à toutes les interrogations qui se posent lors d'un tel événement.Les groupes d'une vingtaine de personnes se succèdent régulièrement et je suis agréablement surpris par l'intérêt du public.

Je vous fais un résumé de mon topo répété tout au long de la journée ainsi que des questions les plus fréquentes:

-SOS Méditerranée a été créé par un Allemand,Klaus Vogel,capitaine Allemand de marine marchande,qui,après avoir vu des migrants se noyer a décidé en juillet 2015 de créer cette association et de s'associer à Médecins du Monde pour la partie médicale.Un bateau garde côte Allemand a été racheté et il a été aménagé pendant le trajet Allemagne-Marseille en bateau médical.

-Le financement vient de dons ainsi que de financements privées et publiques.(Un don de 100€ est déductible directement des impôts pour 66€ et ne vous coûte donc que 34€,qu'on se le dise).

-pourquoi faire ? la Méditerranée est en train de devenir un cimetière marin:4000 personnes, chiffre officiel et sans doute très fortement sous-évalué,ont trouvé la mort en 2015. 26000 noyés depuis 10 ans et cela s'accélère sans cesse Le but est donc de sauver des vies,protéger et aider les survivants ainsi que témoigner.

-certains parlent d'appel d'air!! c'est faux car l'arrêt de l'opération Mare Nostrum en octobre 2014 n'a pas diminué,bien au contraire,l'arrivée des naufragés.La guerre et la famine font tenter aux migrants l'impossible.Les passeurs ne sont jamais sur les bateaux ;ils forment un ou deux migrants au pilotage des petits bateaux et les abandonnent aussitôt.Les terroristes sont là pour NOUS tuer,pas pour tuer des migrants sur l'eau,ce qui n'aurait aucun impact sur les médias,or c'est ce qu'ils recherchent.

-comment cela se passe t-il sur un plan pratique:l'état Italien (MRCC ou Maritime Rescue Coordination Centres) repère les migrants,envoie l'Aquarius qui sauve les personnes.Ce bateau peut contenir 500 naufragés et comporte un cabinet médical équipé pour presque tous les types de secours.Les plus graves peuvent être hélitreuillés par hélico.Dans tous les cas c'est l'état Italien qui indique à l'Aquarius où ramener les naufragés où les équipes locales de Médecins du Monde prennent le relais.La Charte de Médecins du Monde qui consiste à dire que tout être humain a droit aux soins est ainsi respectée.

- d'où viennent ces naufragés ? ils empruntent deux voies principales:entre la Lybie et l'Italie ou entre la Turquie et la Grèce.

-certains pensent qu'il faut les refouler.Vous savez,les migrations ont existé de tous temps. Voulez-vous les remettre à la mer ? les renvoyer mourir sous les bombes ou mourir de faim ? Que celui qui le veut lance le premier galet !!! mettez-vous à la place de ces pauvres sbires,que feriez-vous,vous tous,si vous étiez à leur place? et puis,tous ceux qui ont un tout petit peu de coeur peuvent comprendre; on ne les oblige pas à faire un don.Je sais que c'est un problème et je suis bien placé pour le savoir en faisant mes consultations à Médecins Du Monde mais je pense que la charte de MDM est la bonne:tout être humain a droit aux soins et à la bienveillance.N'oubliez pas mon article sur le rapport Oxfam:62 personnes possèdent autant que la moitié de la population de la terre.Réfléchissez à ces chiffres.

http://alain.sage.over-blog.com/2016/01/le-rapport-oxfam-ou-l-evolution-du-monde.html

Quel est mon bilan de cette journée ? j'avoue être revenu de Marseille heureux:heureux de voir ces jeunes médecins et infirmières s'impliquer,heureux de l'ambiance,heureux de voir qu'il reste un peu d'humanité sur cette terre,heureux de voir l'intérêt du public,la queue s'étant allongée tout au long de la journée,heureux en pensant à tous ces enfants que ce bateau va sauver.

Ouf!!! l'Homme n'est pas complètement pourri!!!

Par contre je suis un peu jaloux car j'aurai aimé partir sur l'Aquarius.

Ma journée sur l'Aquarius avec SOS Méditerranée et Médecins du Monde
Ma journée sur l'Aquarius avec SOS Méditerranée et Médecins du Monde
Ma journée sur l'Aquarius avec SOS Méditerranée et Médecins du Monde
Ma journée sur l'Aquarius avec SOS Méditerranée et Médecins du Monde

Partager cet article

Repost0

commentaires

étonné 12/06/2018 21:25

dites-nous à qui appartient aquarius ? open society ! qui est derrière open society c'est Soros ! comptez-vous accueillir 2,5 milliards d'africains ?

sage alain 12/06/2018 21:42

Beaucoup plus , bien entendu !

autruche775 12/06/2018 19:34

Les dirigeants corses ont rapidement fait savoir qu'ils étaient prêts, eux, à assumer leurs responsabilités.Les gouvernants français quant à eux estiment que le droit international doit être scrupuleusement respecté par les AUTRES.En effet, dans la récente affaire de Bardonnèche (à la frontière franco-italienne) le gouvernement français à généreusement piétiné le droit international perdant totalement de vue que la notion de souveraineté nationale a encore un sens.Non content de cela l’exécutif français entend maintenant donner des leçons de droit international à nos voisins.Que Jupiter donne sans arrêt des leçons aux Français,passe encore mais qu’il prétende désormais en donner à la terre entière voilà qui risque de poser quelques menus problèmes… !M.Giuseppe Conte devrait prochainement comprendre ce que l’on appelle l’autoritarisme français. La nouvelle devise « Autoritarisme et Tartufferie » devrait remplacer l’ancienne…..« Liberté, Egalité, Fraternité » !

sage alain 21/02/2016 14:49

Pour ceux qui veulent faire des dons:
https://don.sosmediterranee.org/fr
et puis voici l'argumentaire utilisé:
Comment s’organise cette opération de sauvetage ?
C’est une opération organisée avec SOS MEDITERRANEE, association européenne de sauvetage en mer Méditerranée. SOS MEDITERRANEE est responsable de la gestion du navire et de l’opération Search and Rescue (S&R); Médecins du Monde est chargée des soins médicaux et de l’accueil des personnes secourues à bord. L’opération débute le 25 février. Le bateau partira de Lampedusa pour une première opération de 3 semaines. Puis le bateau alternera des sessions de 3 semaines en mer avec 4 jours au port en Sicile.
Pourquoi avoir mis en place cette opération ?
La crise migratoire ne cesse de s’aggraver et la Méditerranée devient un cimetière marin. Nous nous devons d’intervenir car les autorités européennes n’assument pas suffisamment leurs responsabilités. En 2015, plus d’un million de personnes sont arrivées en Europe par voie maritime et 3772 personnes ont péri, la plupart en tentant d’atteindre l’Italie. La mer Méditerranée constitue aujourd’hui la route la plus empruntée mais surtout la plus dangereuse pour les migrants. Entre 2000 et 2015, 26000 personnes ont trouvé la mort en tentant de rejoindre l’Europe par la mer méditerranée.
Pour quoi commencez-vous vos activités si tardivement (comparaison avec MSF vient de mettre en fin à une partie de ces activités) ?
Cette opération est préparée avec SOS Méditerranée qui réunit des professionnels de la mer et du sauvetage en mer mobilisés pour proposer une solution durable aux naufrages de migrants en Méditerranée. MdM quant à elle en tant qu’ONG médicale humanitaire se mobilise sur la prise en charge médicale à bord et sur le plaidoyer pour un changement des politiques migratoires.
Les raisons qui poussent les migrants à prendre tous les risques pour traverser la Méditerranée demeurent; au mois de janvier, l’office des migrations internationales a comptabilisé près de 3500 personnes qui ont tenté la traversée vers l’Italie dont 26 qui ont perdu la vie (on estime que le nombre de personnes total doit encore être supérieur, certains bateaux n’étant pas identifiés).

Quels sont vos objectifs ?
MdM et SOS MEDITERRANEE ont décidé de monter ce partenariat pour mettre en place un projet de sauvetage en Méditerranée dont les objectif sont de
• Sauver des vies humaines grâce à des opérations de sauvetage en mer des bateaux en détresse dans la mer Méditerranée et en prodiguant des soins d’urgence à bord du navire de sauvetage ;
• Protéger et aider les survivants en leur fournissant un soutien médical ainsi que toutes les informations dont ils ont besoin ;
• Témoigner des réalités et des nombreux visages de la migration
• Infléchir les politiques européennes pour obtenir des voies d’accès sûres et légales pour tous les migrants
Où va naviguer ce bateau ?
L’Aquarius, sera positionné en haute mer, au large des côtes de l’Italie méridionale, à proximité de la zone où se produisent la plupart des naufrages, dans les eaux internationales proches de la Lybie. Toutefois, il est hors de question de pénétrer dans les eaux territoriales libyennes (ce serait trop dangereux et serait une violation du territoire national libyen).
Combien de migrants peuvent-être reçu sur le bateau ? Quelles activités vos équipes vont mettre en place sur le bateau : allez-vous soigner directement les migrants à bord
Le bateau a une capacité de 500 personnes. Le bateau est équipé de 2 canots de sauvetage, d’espaces couverts et découverts ainsi que de cabines qui pourront servir aux personnes les plus fragiles.
L’équipage est composé d’un personnel navigant de 11 personnes, de 5 marins experts de la recherche et du sauvetage en mer accompagnés d’une équipe de Médecins du Monde, composée de 7 personnes ( 2 médecins, 2 infirmiers, 1 logisticien, 1 interprète et 1 personne en charge de la communication) Le bateau est équipé d’une clinique avec tout le matériel médical nécessaire, de sanitaires, ainsi qu’un accès à l’eau potable. Notre personnel pourra fournir les premiers secours aux migrants.
Peut-on faire des opérations chirurgicales, avez-vous un bloc opératoire ?
Des gestes chirurgicaux simples pourront être pratiqués dans la clinique, les cas les plus graves seront référés à terre ou évacués par hélicoptère en cas d’urgence.
Quel type de personnes vous attendez-vous à recevoir ? De quelles pathologies souffrent ces personnes ?
Nous nous attendons à recevoir des familles, des hommes, enfants, des femmes incluant des femmes enceintes. La plupart souffre de déshydratation en été et d’hypothermie en hiver. Les personnes peuvent aussi présenter des brûlures chimiques du fait du fuel qui s’échappe des moteurs des bateaux les transportant et se mélange à l’eau présente dans le navire. Ou encore des fractures du fait des mauvais traitements subis en Lybie ou survenues dans l’embarcation avec laquelle ils tentent la traversée (les personnes sont en effet entassées sur plusieurs niveaux); ils souffrent surtout d’épuisement physique et psychologique dû à leur long trajet. Nous savons qu’il y a aussi des femmes enceintes, nous devons être préparés à les faire accoucher dans l’urgence.
Comment est coordonnée l’opération ?
L’opération de sauvetage est entièrement coordonnée avec les Centres de coordination de sauvetage maritime, ou « Maritime Rescue Coordination Centres » (MRCC). Ces organismes d’État coordonnent les opérations de recherche et de sauvetage en mer en détournant les navires de secours vers les zones de détresse, en faisant appel, si nécessaire, à des renforts auprès des services d’urgence et en soutenant les navires de secours lors du débarquement des survivants.
En Italie, le MRCC est basé à Rome. En cas de situation de détresse, un signalement est donné au MRCC qui lance l’appel à l’action. Le sauvetage lui-même peut prendre de 6 à 18 heures, au moyen de petits canots de sauvetage et d’une équipe de 3 à 4 personnes qui approchent l’embarcation en détresse. Les personnes secourues sont prises en charge dès leur arrivée sur le navire principal par l’équipe de Médecin du Monde. Dès la fin des opérations de secours, le MRCC indique au navire le port italien où devront être débarqués les survivants. Selon le nombre de personnes secourues et le lieu du sauvetage, chaque opération peut prendre de 24 à 72 heures, au total.
Que se passe-t-il une fois que vous avez secouru ces personnes ?
Les personnes, une fois montées à bord, sont accueillies et reçoivent les soins médicaux nécessaires. Elles restent un à trois jours à bord au maximum en attendant d’être débarquées dans le port indiqué en Italie, ou transbordés vers un autre navire en mer, selon les indications du MRCC. A terre, elles sont remises entre les mains des autorités administratives et intègrent les circuits de migration organisés par les autorités italiennes. Pendant leur séjour à bord, les personnes reçoivent un soutien médico-psychologique et les premières informations sur les suites de leur parcours migratoire et sur ce qui les attend à terre (accompagnement vers les dispositifs d’information et d’assistance aux migrants sur le territoire européen). Nous allons développer des partenariats avec les associations déjà actives sur la prise en charge des réfugiés sur le territoire italien. MdM a déjà démarré son propre programme auprès des migrants à terre en Italie du Sud et pourra mobiliser son équipe en fonction des besoins au port de débarquement des migrants, notamment en terme de prise en charge psychologique.
Que se passe-t-il si l’on vous demande de ramener les réfugiés dans les pays qu’ils viennent de quitter ?
Ce cas de figure ne s’est jamais produit, toutes les personnes secourues en mer en toujours été débarquées en Italie. Il serait illégal pour le MRCC de donner des instructions contraires.

Combien de temps Médecins du Monde va mener cette opération médicale de sauvetage ?
Nous avons pour le moment réuni les fonds nécessaires pour une opération de 3 mois. Nous faisons appel à la générosité du public et cherchons également des fondations et entreprises prêtes à nous soutenir financièrement.
Quel est le budget de l’opération ?
Le budget de l’opération est de 975 000€ pour 3 mois, 775 000€ concernent l’opération maritime et de sauvetage en mer, 200 000€ pour l’accueil des personnes à bord et à leur prise en charge médicale.
En tant qu’association humanitaire, pourquoi vous mobilisez-vous ? C’est une affaire d’ONG, pas d’Etat ?
C’est un impératif humanitaire car des gens se noient et meurent en mer, nous ne pouvons pas ne rien faire. Cependant, nous ne pourrons pas sauver toutes les personnes qui fuient la guerre et la misère par milliers. Il faut sauver ces vies dans un premier temps mais également trouver des solutions politiques : cela est une affaire d’Etat ? L’Europe doit prendre la mesure de l’urgence et arrêter d’ériger des barrières et frontières indignes.
Que demandez-vous à L’Europe ?
Pour limiter le nombre de décès par voies maritimes et terrestres, nous demandons l’ouverture immédiate de voies légales et sures supplémentaires vers l’Europe.
• MdM appelle tous les Etats à soutenir et à renforcer des actions de secours en mer,
avec notamment la réquisition de bateaux pour des actions humanitaires.
• MdM rappelle à tous les membres de l'UE la directive de 2001 sur la protection
temporaire de ressortissants de pays tiers en cas d'afflux massif de réfugiés, qui leur
fait obligation d'accueillir ces personnes.
• MdM appelle tous les Etats de l’UE à réviser leurs politiques migratoires en élargissant
l’accès à un droit d’asile européen, dans le respect du choix des personnes.
• MdM appelle tous les Etats de l’UE à améliorer les conditions d'accueil et de protection
des migrants, et à faire cesser toutes formes de violences à leur encontre (détention,
criminalisation).
• MDM appelle le Commissaire Européen des Droits de l'Homme à s'assurer que chaque
Etat respecte effectivement ses obligations.
Que fait Médecins du Monde pour les migrants ?
Médecins du Monde agit et milite pour l’accès aux droits et aux soins des migrants tout au long de leurs parcours migratoires : depuis les pays en crise (Syrie, Irak, Liban, Jordanie, Somalie), dans le pourtour méditerranéen (Algérie, Tunisie, Maroc, Turquie) et jusqu’en Europe (de la Grèce à la France), dans plus de 13 pays.
Est-ce que vous ne risquez pas de créer un appel d’air ?
La théorie de l’appel d’air est complètement démentie dans les faits : après l’arrêt de l’opération de sauvetage Mare Nostrum en octobre 2014, le nombre des départs n’a pas diminué, bien au contraire ; il est resté égal au nombre de traversées de l’année précédente quand Mare Nostrum était en place. Ceci explique pourquoi le premier semestre 2015 a été aussi meurtrier : toujours autant de départ alors qu’il n’y avait aucun navire de sauvetage présent sur la zone de Méditerranée centrale. Dans leur parcours migratoire qui dure parfois plusieurs années, face aux pressions qu’elles subissent, les personnes choisissent de faire la traversée dès qu’elles le peuvent, qu’il y ait ou non des navires de sauvetage en mer.
Quels sont vos liens avec FRONTEX et l’opération SOPHIA?
Nous n’avons pas de liens avec FRONTEX dont la mission n’est pas la même que la notre. FRONTEX a pour mandat la surveillance des frontières et non pas le sauvetage de bateaux en détresse. Ses navires sont positionnés le long des côtes alors que l’AQUARIUS sera positionné en haute mer, dans les zones de grande détresse. Nous n’avons pas plus de liens avec l’opération SOPHIA qui est une opération militaire décidée par l’Union Européenne pour arraisonner les bateaux de passeurs.
Nous sommes par contre en lien avec le MRCC (Maritime rescue coordination center) qui coordonne les actions de sauvetage depuis son centre opérationnel de Rome. Le MRCC reçoit un signal de détresse d’un bateau en perdition en mer, il repère puis mobilise le navire le plus proche - l’AQUARIUS. L’AQUARIUS envoie des canots de sauvetage qui reviennent au navire (transbordement, soins, accueil). L’AQUARIUS rentre au port indiqué par le MRCC pour débarquer les personnes rescapées OU effectue un transbordement en mer vers un autre navire, selon les indications du MRCC. A cette occasion, l’équipage de l’AQUARIUS peut entrer en contact avec d’autres navires qui auront été mobilisés par le MRCC pour prêter assistance dans les opérations de sauvetage (y compris des navires de FRONTEX si ceux-ci sont déroutés par le MRCC).
En sauvant des réfugiés vous prenez le risque de sauver et de faire entrer en Europe des terroristes/délinquants // j’entends de plus en plus parler de crimes commis par les réfugiés
Les réfugiés sont eux-mêmes les premières victimes de la guerre et des terroristes, on ne peut pas les laisser mourir en mer. Le mandat de SOS MEDITERRANEE est de sauver les vies de toute personne en détresse en mer. Il s’agit là d’une obligation légale et d’un impératif éthique et moral.
L’association se mobilise pour le respect du droit maritime (obligation d’assistance à toute personne en danger) et des droits de l’homme : parmi les droits fondamentaux, le droit à la vie et à la dignité, le droit à la protection et à l’aide humanitaire, le droit à la libre circulation.
SOS MEDITERRANEE se fonde sur le respect de l’homme et de sa dignité, quelle que soit sa nationalité, son origine, son appartenance sociale, religieuse, politique ou ethnique.
Les circuits de migration et les centres d’accueil en Italie sont déjà débordés, vous allez rendre leur situation encore plus complexe. Est-ce que ce n’est pas un peu nier le problème que de dire que vous n’intervenez que sur la partie maritime et vous contenter de remettre ces réfugiés entre les mains d’administrations dépassées?
Il ne s’agit pas de nier le problème mais d’avoir le sens des responsabilités et de définir clairement son champ d’intervention selon ses compétences et sa capacité à intervenir. Le cœur de métier de l’association étant le montage d’opérations maritimes et le témoignage. Cela n’exclut pas et c’est bien notre projet d’établir des partenariats opérationnels avec des organisations intervenant à terre pour l’accueil et l’accompagnement des migrants, dans les différents lieux d’intervention.

A bord, avez-vous un système pour savoir qui vous embarquez ?
SOS MEDITERRANEE se fonde sur le respect de l’homme et de sa dignité, quelle que soit sa nationalité, son origine, son appartenance sociale, religieuse, politique ou ethnique. Un naufragé est un naufragé il n’est pas fait de distinctions ni de choix. Par contre ces personnes seront remises entre les mains des services compétents pour être identifiées et enregistrées.

En sauvant des réfugiés, vous faites entrer des gens qui vont peser sur la société (chômage/allocations…)
SOS MEDITERRANEE est une émanation de la société civile européenne qui se mobilise pour le respect du droit maritime (assistance à personne en danger) et des droits de l’homme : parmi les droits fondamentaux, le droit à la vie et à la dignité, le droit à la protection et à l’aide humanitaire, le droit à la libre circulation. Il s’agit donc d’abord et avant tout de sauver des vies qui sans notre intervention seraient perdues. Cela relève d’un principe d’humanité. Pour ce qui est de l’après et des conséquences sur l’économie, les études démontrent au contraire que le phénomène migratoire est positif pour l’économie d’un pays et notamment de la France.
Avez-vous noué des partenariats avec d’autres associations notamment avec celles qui accueillent les migrants une fois arrivés à terre?
MDM est présent à terre en Italie. Nous sommes également en lien avec d’autres organisations intervenant à terre pour l’accueil et l’accompagnement des migrants, dans les différents lieux d’intervention. Notre équipe à terre fera le lien avec les autorités Italiennes et les associations présentes pour tout référencement aprticulier (référencement sanitaire, psychologique, protection de mineur…)
Que pensez-vous du retrait de Médecins sans Frontières ?
La logique d’intervention de MSF est différente de celle de SOS MEDITERRANEE. MSF a cherché à pallier temporairement l’insuffisance du dispositif de recherche et de sauvetage en attendant que les Etats mettent en place les moyens suffisants pour faire baisser les traversées dangereuses ou organisent eux-mêmes les opérations de sauvetage. MSF souligne qu’elle n’a pas vocation à organiser des opérations maritimes de sauvetage, sa mission étant avant tout de porter une assistance médicale.
La vision de SOS MEDITERRANEE consiste à réaffirmer la place de la société civile en conjuguant des compétences maritimes, juridiques et humanitaires pour mener à bien, de manière pérenne, en dehors des agendas politiques, une mission de sauvetage en mer insuffisamment prise en compte par les pouvoirs publics, malgré l’urgence de la situation.
Nous pensons nécessaire de mettre en place une société civile de sauvetage qui interviendra en mer aussi longtemps que la situation l’exigera.
D’où viennent tous ces gens qui fuient?
Les populations qui cherchent à rejoindre l’Europe empruntent deux voies principales: sur celle entre la Libye et l’Italie, ce sont surtout des Erythréens, des Nigérians, des Somaliens, des Soudanais et enfin des Syriens. Ceux qui empruntent la route entre la Turquie et la Grèce sont des Syriens, des Afghans, des Irakiens, des Pakistanais, des Iraniens. (source OIM)
Pourquoi fuient-ils?
FL: Ils fuient la guerre, le terrorisme, des régimes oppressants mais aussi des conditions de vie économiques difficiles.
Pourquoi sont-ils aussi nombreux à passer par là alors que maintenant tout le monde sait que c’est dangereux?
Parce qu’ils n’ont pas d’autres alternatives! Avec le durcissement des politiques migratoires, les autres routes plus sécurisées telles que la voie aérienne ne sont plus possibles (cela ne passe plus!)






Partie plus spécifique à SOS méditerranée


Quand est ce que SOS MEDITERRANEE a été créée?
SR/SB: SOS Méditerranée a été créée d’abord en Allemagne en mai 2015 à l’initiative d’un groupe de citoyens européens, puis en France un mois après le 20 juin 2015. Le lancement officiel en France a eu lieu à Marseille le 12 septembre 2015 lors de la conférence de presse qui s’est tenue au MuCem.
Une troisième association est en cours de création en Italie.
Enfin, nous espérons développer de nouvelles antennes dans d’autres pays d’Europe le plus rapidement possible (Grèce, Espagne, Belgique, Pays-Bas, Danemark…) ou encore de l’autre côté des rives de la Méditerranée.
Qui est à l’origine de SOS MEDITERRANEE?
SR/SB: Klaus Vogel, capitaine allemand de marine marchande, rejoint par Sophie Beau, qui travaille depuis 20 ans dans la gestion de projets humanitaires. Ils ont été rejoints par d’autres citoyens européens en France et en Allemagne.
Qui est en charge de SOS MEDITERRANEE?
FL: je ne comprends pas la question...
SB: Chaque association, en France et en Allemagne, est dirigée par un Conseil d’administration aidé par des groupes de citoyens engagés, tous bénévoles, disposant de compétences maritimes, humanitaires, juridiques, en communication etc. Au total, près de quatre vingts personnes se sont mobilisées activement pour mettre en place le projet de SOS MEDITERRANEE. Avec le lancement des opérations de sauvetage en février 2016, nous recrutons des professionnels pour assurer le bon déroulement des opérations.
Comment est financé SOS MEDITERRANEE?
FL/SB: L’association est essentiellement financée par les dons du grand public. Nous avons lancé en septembre 2015 une vaste opération de financement participatif sur internet (ulule.com/sosmed) afin de mobiliser un soutien citoyen autour du projet et de contribuer au montage de la première opération maritime : coûts d’opération du bateau, installation des équipements, constitution d’un équipage etc. Cette initiative a permis de réunir 275 000 euros de dons en 45 jours, et est aujourd’hui prolongée par de nouvelles campagnes d’appels aux dons et la mise en place d’une plateforme de collecte.
En complément de cette mobilisation du grand public, l’association fait appel à des financements privés (entreprises, associations, fondations, mécénat privé) et à des subventions publiques (collectivités territoriales, Etat, Union européenne). La Banque BNP Paribas s’est engagée comme premier mécène privé de l’opération, et la Ville de Paris est la première collectivité territoriale à manifester son soutien à l’opération.
L’objectif sur le long terme est de pouvoir compter essentiellement sur des fonds privés, sur le modèle des sociétés de sauvetage nationales existantes.
Comment peut-on aider SOS MEDITERRANEE?
FL/SB: d’abord et avant tout, en faisant un don ! qui va nous permettre de poursuivre nos opérations au delà des 8 semaines de campagne en mer qui débuteront le 25 février prochain.
Enfin et c’est un point crucial, en diffusant dans vos réseaux l’information sur notre initiative, vous nous aidez à nous faire connaitre et mobiliser de nouveaux donateurs pour pérenniser notre action.
Vous pouvez aussi rejoindre l’association et proposer votre aide en vous rapprochant de la structure à Marseille ou à Paris pour connaître les besoins.
Etes-vous propriétaire du bateau?
FL: Non SOS MEDITERRANEE n’est pas propriétaire de l’Aquarius. Ce navire est loué à son armateur, Hempel Shipping (allemand), avec un équipage.
Donnez-moi toutes les informations concernant le bateau
FL: L'Aquarius est un ancien navire d’assistance en mer, il a notamment été utilisé comme navire d’assistance garde-côte allemand de 77 m. Il est équipé de deux canots de sauvetage, il comprend de vastes espaces couverts et découverts portant sa capacité d'accueil de 250 à 500 naufragés, ainsi que 22 cabines permettant d'accueillir environ 50 personnels (navigants, équipes médicales, traducteurs, journalistes..) ou qui pourront être dédiées aux rescapés les plus fragiles, nécessitant des soins etc.
Le navire bat pavillon Gibraltar.
Parmi les 4 options proposées pour l'Aquarius nous avons retenu dans un premier temps :
- l'affrètement avec un équipage de 11 personnes (location où tout est compris hormis le fuel)
Les autres options qui pourront être combinées dans le temps et pour mémoire sont:
- l'affrètement sans équipage pour un prix beaucoup plus modique - c’est une option que nous étudions pour les 6 mois suivants,
- le leasing - également à l'étude,
- l'achat (beaucoup plus cher - à envisager seulement si nous avons la proposition d'un généreux philanthrope).
Donnez-moi toutes les informations (biographie, intention, portrait, carrière, etc.) concernant le capitaine
FL: L'association est présidée par un ancien capitaine de marine marchande, de 59 ans Klaus Vogel très expérimenté. En tant que marin il est très sensible à la notion de solidarité en mer et s’est nécessairement senti très concerné par la tragédie qui se déroule en mer Méditerranée et le naufrage de si nombreuses embarcations. Afin de pouvoir agir, il a décidé de changer de métier et de fonder l'été dernier l'association SOS MEDITERRANEE. Klaus est aussi Docteur en Histoire et parle français en plus de l’anglais et de l’allemand bien sûr!
Donnez-moi toutes les informations concernant l’équipage (qui, où, combien, statut, etc.)
FL/SB: Le navire est loué à son armateur, Hempel Shipping, avec un équipage de sécurité minimum de 11 personnes. Nous ferons appel à des bénévoles pour compléter l'effectif qui se devra d'être composé de diverses nationalités, pour mettre en avant le caractère européen de l'initiative. Ce renfort sera constitué de 5 marins spécialisés dans la recherche et le sauvetage en mer et d'une équipe médicale de Médecins du Monde composée de deux médecins, deux infirmières, un logisticien, un traducteur interprète et un communication officer. Notre équipage comprendra enfin un photographe.

Quels sont vos liens avec FRONTEX et l’opération SOPHIA?
FL/SB: Nous n’avons pas de liens avec FRONTEX dont la mission n’est pas la même que la notre. FRONTEX a pour mandat la surveillance des frontières et non pas le sauvetage de bateaux en détresse. Ses navires sont positionnés le long des côtes alors que l’AQUARIUS sera positionné en haute mer, dans les zones de grande détresse. Nous n’avons pas plus de liens avec l’opération SOPHIA qui est une opération militaire décidée par l’Union Européenne pour arraisonner les bateaux de passeurs.
Nous sommes par contre en lien avec le MRCC (Maritime rescue coordination center) qui coordonne les actions de sauvetage depuis son centre opérationnel de Rome. Le MRCC reçoit un signal de détresse d’un bateau en perdition en mer, il repère puis mobilise le navire le plus proche - l’AQUARIUS. L’AQUARIUS envoie des canots de sauvetage qui reviennent au navire (transbordement, soins, accueil). L’AQUARIUS rentre au port indiqué par le MRCC pour débarquer les personnes rescapées OU effectue un transbordement en mer vers un autre navire, selon les indications du MRCC. A cette occasion, l’équipage de l’AQUARIUS peut entrer en contact avec d’autres navires qui auront été mobilisés par le MRCC pour prêter assistance dans les opérations de sauvetage (y compris des navires de FRONTEX si ceux-ci sont déroutés par le MRCC).
Une fois que vous avez sauvé les réfugiés, que deviennent-ils?
FL/SB: Les réfugiés, une fois montés à bord, sont accueillis et reçoivent les soins médicaux nécessaires. Ils restent un à trois jours à bord au maximum en attendant d’être débarqués dans le port indiqué en Italie, ou transbordés vers un autre navire en mer, selon les indications du MRCC. A terre, ils sont remis entre les mains des autorités administratives et intègrent les circuits de migration organisés par les autorités italiennes. Pendant leur séjour à bord, les réfugiés reçoivent un soutien médico-psychologique et les premières informations sur les suites de leur parcours migratoire et sur ce qui les attend à terre (accompagnement vers les dispositifs d’information et d’assistance aux migrants sur le territoire européen). Nous allons développer des partenariats avec les associations déjà actives sur la prise en charge des réfugiés sur le territoire italien.
Que se passe-t-il si l’on vous demande de ramener les réfugiés dans les pays qu’ils viennent de quitter ?
SB : Ce cas de figure ne s’est jamais produit, toutes les personnes secourues en mer en toujours été débarquées en Italie. Il serait illégal pour le MRCC de donner des instructions contraires.
En sauvant des réfugiés vous prenez le risque de sauver et de faire entrer en Europe des terroristes/délinquants // j’entends de plus en plus parler de crimes commis par les réfugiés
FL/SB: Les réfugiés sont eux-mêmes les premières victimes de la guerre et des terroristes, on ne peut pas les laisser mourir en mer. Le mandat de SOS MEDITERRANEE est de sauver les vies de toute personne en détresse en mer. Il s’agit là d’une obligation légale et d’un impératif éthique et moral.
L’association se mobilise pour le respect du droit maritime (obligation d’assistance à toute personne en danger) et des droits de l’homme : parmi les droits fondamentaux, le droit à la vie et à la dignité, le droit à la protection et à l’aide humanitaire, le droit à la libre circulation.
SOS MEDITERRANEE se fonde sur le respect de l’homme et de sa dignité, quelle que soit sa nationalité, son origine, son appartenance sociale, religieuse, politique ou ethnique.
Est-ce que vous ne faites pas le jeu des passeurs // Quelle est votre position par rapport aux passeurs qui exploitent les migrants ?
SB : Les migrants qui choisissent de prendre la mer savent qu’ils mettent leur vie en danger. Ils fuient des conditions de vie extrêmement dures dans leur pays d’origine, qui ne font que s’aggraver lorsqu’ils séjournent en Libye où ils subissent fréquemment de très grandes violences, du racket, des emprisonnements arbitraires, des viols, du travail forcé... Face à cela, beaucoup d’entre eux choisissent de prendre la mer quels que soient les risques encourus et le coût de la traversée. Les distances sont trop longues entre la Libye et l’Italie pour pouvoir tenter la traversée seul, et comme il n’y a pas d’autres voies d’accès plus sûres pour rejoindre l’Europe, ces personnes se retrouvent piégées en Libye. Elles n’ont d’autre solution que de s’en remettre à des passeurs.
Face à cette tragédie humanitaire, SOS MEDITERRANEE se fixe une mission d’assistance en mer pour toute personne en détresse. La lutte contre les passeurs est menée par l’Union Européenne et n’est pas de notre ressort.
Est-ce que vous ne risquez pas de créer un appel d’air ?
SB : La théorie de l’appel d’air est complètement démentie dans les faits : après l’arrêt de l’opération de sauvetage Mare Nostrum en octobre 2014, le nombre des départs n’a pas diminué, bien au contraire ; il est resté égal au nombre de traversées de l’année précédente quand Mare Nostrum était en place. Ceci explique pourquoi le premier semestre 2015 a été aussi meurtrier : toujours autant de départ alors qu’il n’y avait aucun navire de sauvetage présent sur la zone de Méditerranée centrale. Dans leur parcours migratoire qui dure parfois plusieurs années, face aux pressions qu’elles subissent, les personnes choisissent de faire la traversée dès qu’elles le peuvent, qu’il y ait ou non des navires de sauvetage en mer.
Les circuits de migration et les centres d’accueil en Italie sont déjà débordés, vous allez rendre leur situation encore plus complexe. Est-ce que ce n’est pas un peu nier le problème que de dire que vous n’intervenez que sur la partie maritime et vous contenter de remettre ces réfugiés entre les mains d’administrations dépassées?
FL: Il ne s’agit pas de nier le problème mais d’avoir le sens des responsabilités et de définir clairement son champ d’intervention selon ses compétences et sa capacité à intervenir. Le cœur de métier de l’association étant le montage d’opérations maritimes et le témoignage. Cela n’exclut pas et c’est bien notre projet d’établir des partenariats opérationnels avec des organisations intervenant à terre pour l’accueil et l’accompagnement des migrants, dans les différents lieux d’intervention.
A bord, avez-vous un système pour savoir qui vous embarquez ?
FL: SOS MEDITERRANEE se fonde sur le respect de l’homme et de sa dignité, quelle que soit sa nationalité, son origine, son appartenance sociale, religieuse, politique ou ethnique. Un naufragé est un naufragé il n’est pas fait de distinctions ni de choix. Par contre ces personnes seront remises entre les mains des services compétents pour être identifiées et enregistrées.
En sauvant des réfugiés, vous faites entrer des gens qui vont peser sur la société (chômage/allocations…)
FL: SOS MEDITERRANEE est une émanation de la société civile européenne qui se mobilise pour le respect du droit maritime (assistance à personne en danger) et des droits de l’homme : parmi les droits fondamentaux, le droit à la vie et à la dignité, le droit à la protection et à l’aide humanitaire, le droit à la libre circulation. Il s’agit donc d’abord et avant tout de sauver des vies qui sans notre intervention seraient perdues. Cela relève d’un principe d’humanité. Pour ce qui est de l’après et des conséquences sur l’économie, les études démontrent au contraire que le phénomène migratoire est positif pour l’économie d’un pays et notamment de la France.
Quelle est la nature de votre collaboration avec Médecins du Monde?
FL: Médecins du Monde a répondu favorablement à la proposition de SOS MEDITERRANEE de monter une intervention conjointe en Méditerranée centrale. L’ONG sera présente sur le bateau et prendra en charge la médicalisation des opérations de sauvetage ainsi que la logistique à bord des naufragés. Elle participe également à la recherche de financements institutionnels.
Avez-vous noué des partenariats avec d’autres associations notamment avec celles qui accueillent les migrants une fois arrivés à terre?
FL/SB: Notre partenaire MDM est présent à terre en Italie et en Grèce pour assurer l’accueil. Nous sommes également en lien avec d’autres organisations intervenant à terre pour l’accueil et l’accompagnement des migrants, dans les différents lieux d’intervention.
Que pensez-vous du retrait de Médecins sans Frontières ?
FL/SB: La logique d’intervention de MSF est très différente de celle de SOS MEDITERRANEE. MSF a cherché à pallier temporairement l’insuffisance du dispositif de recherche et de sauvetage en attendant que les Etats mettent en place les moyens suffisants pour faire baisser les traversées dangereuses ou organisent eux-mêmes les opérations de sauvetage. MSF souligne qu’elle n’a pas vocation à organiser des opérations maritimes de sauvetage, sa mission étant avant tout de porter une assistance médicale.
La vision de SOS MEDITERRANEE consiste à réaffirmer la place de la société civile en conjuguant des compétences maritimes, juridiques et humanitaires pour mener à bien, de manière pérenne, en dehors des agendas politiques, une mission de sauvetage en mer insuffisamment prise en compte par les pouvoirs publics, malgré l’urgence de la situation.
Nous pensons nécessaire de mettre en place une société civile de sauvetage qui interviendra en mer aussi longtemps que la situation l’exigera.
Est-ce que vous proposez des solutions pour que cette situation cesse ?
FL: quelle situation ? la fuite vers l’Europe ou la traversée de la Méditerranée dans des conditions très précaires ? S’il s’agit de la seconde, il est certain que le durcissement des politiques migratoires de l’Europe qui rendent aujourd’hui presque impossible les arrivées plus sécurisées (par air notamment) ont conduit à ces prises de risques folles. Un débat dans lequel SOS MEDITERRANEE n’intervient pas. Par contre, SOS MEDITERRANEE est convaincue que le dispositif de sauvetage en mer actuel est insuffisant et doit être renforcé.
Que pensez-vous des solutions proposées (analyse en flux tendu mais on peut déjà répondre par rapport au couloir militaro-civile)?
FL:je ne comprends pas la question
Je ne comprends pas comment vous pouvez accepter de l’argent de... (BNP et toute autre marque qui peut être problématique) // Sollicitation-éthique
SR/SB: Nous ne sommes pas là pour juger des activités de BNP Paribas / xx. Nous acceptons l’aide qu’on nous offre, dans la mesure où l’on partage notre éthique et notre Charte, ce qui est le cas de xx. La quasi totalité de nos ressources provient de dons du grand public, ce qui garantit notre indépendance, car nous refusons justement que notre projet soit marqué d’une quelconque connotation politique ou économique.
Ainsi, lorsque la mairie de Paris fait voter une aide exceptionnelle de 10 000 euros pour nous, cela ne veut pas dire que nous avons une couleur politique. Si une ville ou un député qui partagent notre éthique veulent faire un don à SOS Méditerranée, nous en serons ravis et l’accepterons de la même façon !!
Avez-vous une charte vis à vis du recrutement de vos soutiens?
FL/SB: La première condition d'adhésion au projet de SOS MEDITERRANEE est de partager son éthique résumée dans sa Charte. Ceci étant dit, toutes les bonnes volontés sont les bienvenues pour nous soutenir et permettre le sauvetage de plus de vies. Nous ne sommes affiliés à aucun parti politique, à aucune religion… En ce qui concerne notre comité de soutien constitué de personnalités publiques, il est soumis à l’approbation de notre Conseil d’administration.
Quand cette situation sera terminée, SOSMEDITERRANEE va disparaitre, qu’allez vous faire? N’avez-vous pas intérêt à ce que cela dure?
SR: Pour l’heure, et vu les développements de l’actualité, il y a malheureusement peu de chance que la situation se termine.
Le jour où nous n’aurons plus besoin de sauver des vies en mer, nous nous réjouirons. Nous sommes nés parce qu’il y a une urgence à sauver des vies, nous n’aurons pas de regrets à cesser d’exister. Ce n’est pas pour tout de suite.
D’où viennent tous ces gens qui fuient?
FL: Les populations qui cherchent à rejoindre l’Europe empruntent deux voies principales: sur celle entre la Libye et l’Italie, ce sont surtout des Erythréens, des Nigérians, des Somaliens, des Soudanais et enfin des Syriens. Ceux qui empruntent la route entre la Turquie et la Grèce sont des Syriens, des Afghans, des Irakiens, des Pakistanais, des Iraniens. (source OIM)
Pourquoi fuient-ils?
FL: Ils fuient la guerre, le terrorisme, des régimes oppressants mais aussi des conditions de vie économiques difficiles.
Pourquoi sont-ils aussi nombreux à passer par là alors que maintenant tout le monde sait que c’est dangereux?
FL: Parce qu’ils n’ont pas d’autres alternatives! Avec le durcissement des politiques migratoires, les autres routes plus sécurisées telles que la voie aérienne ne sont plus possibles (cela ne passe plus!)
Je ne suis pas d’accord, ils devraient rester et se battre pour leur pays/travailler pour vivre/se prendre en charge
FL: Je ne réponds pas à un C...du FN! (réponse 1); réponse 2: Oui mais en attendant ils sont au milieu de l’eau et sont en train de se noyer donc on commence par les sortir de là et on verra après!
SB : il n’y a pas à débattre lorsque des vies sont en danger, il faut commencer par les sauver.
Vous ne faites que les sauver, ne serait-il pas préférable de travailler à résoudre la situation une bonne fois pour toute?
FL: “Vous ne faites QUE de les sauver” moi je trouve cela déjà énorme? non? Quant à résoudre la situation, j’avoue ne pas avoir la solution en main.

Comptez-vous pénétrer les eaux libyennes?
FL: il est hors de question de pénétrer dans les eaux territoriales Libyennes: beaucoup trop dangereux et en plus, il s'agirait d'une violation de territoire national. Le bateau sera positionné dans les eaux internationales proches des eaux Libyennes pour recueillir ces embarcations non adaptées à ce périple et qui sombrent justement à cet endroit. La sécurité de notre équipée est un point essentiel d'où la nécessité de mener nos opérations en lien avec les autorités nationales italiennes (MRCC)
Quelle est votre réaction au fait que Daech occupe 200 KM de côtes libyennes ?
FL: C’est le signe annonciateur de prochains départs depuis la Libye et renforce la pertinence de notre stratégie qui consiste à positionner un bateau en haute mer entre la Libye et l’Italie. Aujourd’hui près d’un million de réfugiés stationnent en Libye avec l’arrivée de DAECH cela va précipiter les départs, y compris ceux de Libyens.
N’allez-vous pas mettre en péril votre propre équipage à vous approcher de zones dangereuses?
FL: Toutes les dispositions seront prises pour sécuriser nos opérations. De plus nous intervenons en coordination avec les MRCC chargés de la surveillance et la coordination de nos actions. Nous serons intégrés à l’ensemble des dispositifs de surveillance et de protection présents dans cette zone. Cependant il ne faut pas nier que le risque 0 n’existe pas. Il est important d’en être conscients. Le refuser serait une façon de s’interdire d’agir.
Que comptez-vous faire face à des passeurs?
FL: Toutes les précautions seront prises dans le cas de présence de passeurs à bord des embarcations. Mais c’est peu probable car bien souvent il y a longtemps que les passeurs ont quitté l’embarcation à plus forte raison si c’est une embarcation fragile ; ou bien ils n’ont tout simplement jamais pris la mer et sont restés sur la côte. Bien souvent ceux qui sont aux commandes sont des réfugiés eux-mêmes à qui les passeurs ont confié le pilotage de l’embarcation contre le prix de la traversée.
Votre opération est-elle sécurisée par la marine militaire française?
FL: Notre opération n’est pas directement sécurisée par la marine militaire française qui intervient dans la zone via l’opération SOPHIA cependant nous avons informé les autorités françaises de nos opérations et intégrons le dispositif global habilité à intervenir dans cette zone sous contrôle des MRCC.
Ne pensez-vous pas comme MSF qu’une telle action est de la responsabilité des Etats et non pas d’une association?
FL: Non car si l’on attend des Etats Européens qu’ils se mettent d’accord sur le sujet et qu’ils mettent en place un dispositif de sauvetage pérenne et suffisant en mer Méditerranée nous aurons encore beaucoup de morts à déplorer. Nous jugeons cela inacceptable et c’est pourquoi nous voulons agir!
Vos besoins financiers sont vertigineux, comment comptez-vous assurer votre pérennité?
NA/SB: Le coût jour du navire en opération de sauvetage est de 11 000 euros. SOS MEDITERRANEE est financée essentiellement par des dons privés et pour une petite partie, par des subventions publiques. Nous allons continuer à solliciter les institutions mais comme nous voulons aussi témoigner de ce qui se passe sur place, nous montons une campagne de collecte de fonds auprès des particuliers afin de créer autour du projet également une mobilisation. Si nous sommes énormément à donner un peu, nous parviendrons à assurer notre pérennité. Par exemple, 20 euros par mois (soit 6,8 euros après déductions fiscale si vous êtes imposable) si nous sommes 15 000 à les donner, dans toute l’Europe (car SOS MEDITERRANEE est une association européenne), la pérennité de l’action en mer est assurée? C’est possible même si c’est très ambitieux. Une ambition à la hauteur de l’enjeu. Un enjeu de solidarité et d’humanité. Et cela n’a pas de prix.
Comment articulez-vous votre association avec l’Allemagne? Et au niveau européen?
FL: SOS MEDITERRANEE est née d’une mobilisation franco-allemande avec la volonté initiale de créer une association européenne. Le droit européen ne le permet pas c’est pourquoi des associations nationales ont été créées qui poursuivent toutes le même objectif de mener des opérations de sauvetage en mer Méditerranée et de témoigner. L’objectif est donc d’étendre SOS MEDITERRANEE à d’autres pays européens avec la création d’associations nationales en: Italie (imminent), Espagne, Grèce…
Aujourd’hui l’Allemagne est plus particulièrement en charge du montage des opérations maritimes (affrètement du bateau, constitution des équipages), la France gère quant à elle le partenariat avec MDM avec les aspects humanitaires et de logistique pour les naufragés, la stratégie de collecte de fonds et de communication.
Comment comptez-vous impliquer d’autres pays du bassin med?
FL: en nous faisant connaître et en mobilisant la société civile de ces pays. Nous développons des échanges avec des associations et des réseaux associatifs présents dans ces pays. Notre site est, par exemple, disponible en langue arabe et nous cherchons à augmenter notre visibilité dans les médias arabophones. Nous serions ravis de voir se créer SOS MEDITERRANEE dans un pays du bassin méditerranéen non européen mais ce n’est pour l’heure pas d’actualité.

Combien de personnes compter vous sauver ?
Ne pensez vous pas qu'avec votre initiative les migrants vont être plus nombreux à vouloir traverser, augmentant ainsi le nombre de naufrages et la prise de risque ?
Votre initiative va forcément augmenter le nombre de passage, puisque les migrants seront sur d'être pris en charge au milieu de leur traversée. Ils auront alors moins peur de traverser.
Comment comptez vous nourrir./faire dormir/toilettes.. toutes les personnes à bord pendant trois jours ?

Lore TOMAS 21/02/2016 11:37

L'adresse avec IBAN de "SOS Méditérranée" svp ! Merci

Ma citation

De mes erreurs de jeunesse,ce qui me contrarie le plus n'est pas de les avoir commises mais de ne plus pouvoir les refaire

Philosophie personnelle

Que la dérision nous apporte la légéreté,la modestie et la réflexion sur le sens de notre vie.
                                Juju