Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'un Picard en Luberon
  • Le blog d'un Picard en Luberon
  • : Le blog du grand!!!Cela fait maintenant 14 ans que vous me lisez assidûment et je vous en remercie. Mon but est de faire profiter mes amis des bons moments que je passe en Provence et dans mon activité de Maire,entouré d'une si belle nature ainsi que la rencontre d'amitiés très fortes.Vous avez droit à tous mes états d'âme sur mes lectures , spectacles expos,rencontres. Enfin tout ce que je pense!!!!!Mais avec humour,dérision et poésie.Ce blog a été créé pour donner de mes nouvelles à tous mes amis et tous mes patients de Picardie auxquels je reste très attaché et qui me le rendent bien en m'envoyant régulièrement des mots doux. De nouveaux articles paraissent très régulièrement.Il y en a maintenant plus de 1500. INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER en donnant votre adresse mail à gauche du blog pour être prévenu automatiquement et de façon anonyme de la parution d'un nouvel article .Pour consulter tous les articles , cliquez sur "liste complète " à droite mais vous pouvez rechercher un sujet particulier dans la rubrique"rechercher"(à gauche) Pour voir les albums de photos à droite cliquez dessus et agrandissez les photos.
  • Contact

Recherchez Un Article Avec Un Mot Clé

Avant-propos

Les grincheux ,sectaires, conventionnels et intolérants n'ont pas accès à ce blog.
J'essaie en effet d'y retrouver l'amitié, la tolérance , la dérision , la confidence ,la poésie et l'amour de la nature.

Ceux qui m'acceptent tel que je suis sont les bienvenus.       

Voici des fruits , des fleurs , des feuilles et des branches,
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous ,
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux
                                                    Paul Verlaine

 

13 août 2015 4 13 /08 /août /2015 06:57

Si on payait mieux les bénévoles,cela donnerait peut être à plus de gens l'envie de travailler gratuitement.

 

                      Geluck

Ce n'est pas le premier article (ni le dernier) que je fais sur le bénévolat mais ce dernier est si important à la fois pour la société mais aussi pour l'équilibre des personnes que j'aime y revenir.

Le bénévolat est essentiel à la cohésion de notre société française.Il y a près de 13 millions de bénévoles qui structurent véritablement la société et réalisent un véritable liant inégalé dans le monde.Mais quelle est la véritable motivation des anonymes qui s'engagent ?

La plupart des bénévoles préfèrent agir ponctuellement,en fonction de leur disponibilité et ceci est bien logique.D'autre part ces bénévoles veulent pratiquement à 100% s'engager sur des actions très concrètes,actions dont on perçoit immédiatement l'utilité.

Mais mon propos n'est pas de vous faire un tableau des statistiques du bénévolat mais d'essayer de comprendre pourquoi de plus en plus de nos compatriotes éprouvent la nécessité de donner un peu de leur temps pour les autres.

La plupart des bénévoles se décident au moment où leurs enfants font un sport ou une activité et ,le plaisir du partage et du groupe aidant,ils continuent ensuite et sautent dans la catégorie suivante:

en effet les bénévoles sont souvent des adeptes d'un nouveau type de lien social:le contraire de la société égoïste qui se développe à la vitesse grand V avec comme but unique le plaisir personnel et celui des siens.Dans ma pratique médicale de proximité j'ai toujours remarqué que les notions telles que le plaisir de donner, de se donner, le besoin de "faire" pour l’autre, ou le désir de "rendre" quelque chose, de se situer par rapport à l’autre, d’apprendre, et même de "se nourrir" de l’acte d’aider, ont souvent été verbalisées au cours des consultations et cela est à mon avis la raison principale de l'engagement.On est là véritablement dans l'état d'esprit du bénévole:donner de soi sans espérer aucun retour car le bénévolat est un service gratuit,une organisation parallèle de la société qui est considéré et même qualifié d'un acte altruiste à travers un don,le don de soi,le don de son temps.(précieux quand la ficelle se rétrécit!!)

Le plus souvent, la véritable raison à notre soif d’aider nos prochains nous échappe, car elle est inconsciente.La bonne volonté ne suffit pas pour être un bénévole efficace, Il faut posséder du bon sens, une qualité d’écoute, de l’empathie, un équilibre affectif et, surtout, la capacité de rester à la bonne distance pour laisser toute la place à celui qu’on vient aider. Car le bénévolat ne sert ni à se mettre en valeur, ni à se donner bonne conscience, ni à régler ses propres conflits personnels, ni à réparer un deuil mal vécu. J'ai souvent vu des personnes ayant perdu un proche victime du cancer ou de l’Alzheimer éprouver le besoin immédiat d’aider des enfants cancéreux ou des personnes âgées. Ce désir, mieux vaut le reconsidérer une fois le travail de deuil terminé.

Accueillir et aider un être humain implique la possibilité de se situer au même niveau que lui, qu’il soit malheureux, démuni ou en grande détresse psychologique. Le but est de l’écouter, de le respecter et de lui faire comprendre qu’il a la clé de son propre problème. C’est très dur émotionnellement. Or le bénévolat ne doit pas déstabiliser mais favoriser l’épanouissement de ceux qui s’y engagent. Si ce n’est pas le cas, mieux vaut trouver un moyen différent de soutenir autrui : donner de l’argent, des vêtements, des vivres, se proposer pour un accompagnement scolaire, etc. L’important, c’est d’aider ! Ceci est la philosophie de Médecins Du Monde cher à mon coeur et tous les bénévoles présents ont tous compris que l'écoute et le respect étaient la clé de la confiance.Recevoir des réfugiés Afghans en détresse ne demande pas que de l'empathie,il demande aussi attention,écoute et bien entendu pragmatisme.

Mais cet altruisme est-il complétement désintéressé ?Nietzsche pensait que le culte de l’altruisme était une forme spécifique de l’égoïsme.Freud pensait que le bénévolat était une nécessité intime pour le bienfaiteur.Je pense réellement que quand on est bénévole on se fait du bien à soi-même,à son égo,car le bénévolat est indiscutablement valorisant vis à vis des autres bien entendu mais ,et c'est le plus important,vis à vis de soi.(ouah!!!Nietzsche vient de vous faire découvrir que vous étiez (comme moi) des bénévoles égoïstes.Merci Nietzsche!!

Il y a autant de vécus de bénévolat que de bénévoles et il serait bien hasardeux de figer un profil évidemment.L’important est, sans doute, de trouver un équilibre de bien être personnel qui soit judicieux pour le bénévole lui même, sans être préjudiciable à l’autre.

Donc,si je résume les motivations du bénévole,j'en trouve cinq particulièrement évidentes:

1- il y a tout d'abord le renforcement de l'estime de soi ,comme je l'ai déjà dit,en procurant des sentiments positifs (allez Nietzche 1 à 0)

2-mais,à contrario,il réduit quelquefois les sentiments négatifs de soi comme la culpabilité et le bénévolat aide à se sentir moins seul (allez Freud 1 partout la balle au centre)

3-il peut être un moyen de renforcer ses relations sociales,en particulier pour ceux qui déménagent dans une région inconnue ceci étant particulièrement vrai pour les clubs sportifs(c'est de la Franc-Maçonnerie bénévole!!)

4- il permet quelquefois d'apprendre de nouvelles choses et exercer de nouvelles compétences(c'est plus fréquent qu'on ne le pense)

5- mais c'est souvent ce qui permet au bénévole d'exprimer des valeurs d'altruisme et d'humanité qui incite au bénévolat(Alain,tout de suite les grands mots)

Je pense par ailleurs que le bénévolat est contagieux et le fait de connaître et de côtoyer régulièrement un bénévole permet souvent de s'engager.Car adhérer à un groupe de bénévoles,c'est prendre une tranche de bonheur et on demande ensuite du "rab" en y retournant.(on va se faire un sanglier farci aux andouillettes de Lauris pour célébrer la réussite de la fête votive et ça,c'est une tranche de bonheur entre bénévoles)

On le sait,dans leur grande majorité des cas,les bénévoles ne souhaitent pas recevoir de palmes,médailles,diplômes et autres hochets.Leur gratification passe par le lien social créé,la convivialité,le partage et la réussite des projets et des actions avec , en particulier, la fréquentation de leurs organisations qui est un véritable marqueur de la réussite.

Malheureusement,et j'en ai très souvent parlé,les générations qui arrivent sont un copier coller de notre société où l'égoïsme ambiant,la domination des écrans (télé,ordinateur,tablettes, smartphones) nous montrent un nouveau mode de vie:on rentre chez soi,on allume la lumière,on ferme la porte,on allume les écrans et basta pour le reste.Les petits groupes se forment par affinité,sans écoute des autres,mais aussi sans découverte de l'être différent.On demande,on demande toujours plus mais on donne peu.Seule leur angoisse pour leurs enfants fait sortir les parents du bois.Notre société ne demande pas à ce que tout le monde soit bénévole bien entendu mais la reconnaissance du bénévolat demande un minimum de participation.

Je vous invite à relire cet article paru sur le bénévole il y a quelques années et qui est le reflet de la lassitude du bénévole:

Le Bénévole, du latin « ACTIVUS BENEVOLUS », est un mammifère bipède qu'on rencontre surtout dans les associations où il peut se réunir avec ses congénères. La race se rassemble à un signal appelée convocation. On les trouvent aussi en petits groupes en divers endroits, souvent tard le soir, l'oeil hagard, les cheveux en bataille et le teint blafard, discutant ferme sur la meilleure façon d'animer une rencontre ou de faire des recettes supplémentaires pour boucler un budget.
Les ennemis héréditaires de « l’Activus Benevolus » sont le « YAKA », le « FOKON » et le « IFO » : des noms populaires dont les origines n'ont pu être déterminées actuellement. Ce sont, eux aussi, des mammifères bipèdes. Ils se caractérisent par leur cerveau très petit qui leur permet de connaître deux mots « y a qu'a... », « faut qu’on » et « il faut » ce qui explique leur nom. Le « YAKA », le « FOKON » et le « IFO » bien abrités dans la cité anonyme attendent le moment où l’ « ACTIVUS BENEVOLUS » fera une erreur, un oubli, pour bondir et lancer leur venin qui atteindra leur adversaire et provoquera aussitôt une maladie très grave qu’on nomme « découragement ».
Les "BENEVOLES", décimés par cette maladie, risquent de disparaître et il n'est pas impossible que, dans quelques années, on en rencontre uniquement dans les ZOO, où comme tous les autres animaux enfermés, ils n'arriveront plus à se reproduire. Les « YAKA », « FOKON » et « IFO » avec leur petit cerveau et leur grande langue viendront leur lancer des cacahuètes pour tromper l’ennui. Ils se rappelleront avec nostalgie du passé pas si lointain où le "BENEVOLE" abondait et où il abattait un travail énorme. On pouvait alors le traquer sans contrainte.
Persuadée que, parmi nous, ne circule pas ces animaux étrangers que sont le YAKA, le FOKON et le IFO, nos bénévoles pourront oeuvrer tout à leur aise, et sans crainte d'attraper la terrible maladie du découragement. Il n'est peut être pas trop tard alors encouragez les bénévoles et traquez les YAKAS, les FOKONS et les IFOS !

Quand les bénévoles auront disparu la société sera orpheline

Partager cet article

Repost 0
Published by sage alain
commenter cet article

commentaires

Ma citation

De mes erreurs de jeunesse,ce qui me contrarie le plus n'est pas de les avoir commises mais de ne plus pouvoir les refaire

Philosophie personnelle

Que la dérision nous apporte la légéreté,la modestie et la réflexion sur le sens de notre vie.
                                Juju