Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'un Picard en Luberon
  • Le blog d'un Picard en Luberon
  • : Le blog du grand!!!Cela fait maintenant 14 ans que vous me lisez assidûment et je vous en remercie. Mon but est de faire profiter mes amis des bons moments que je passe en Provence et dans mon activité de Maire,entouré d'une si belle nature ainsi que la rencontre d'amitiés très fortes.Vous avez droit à tous mes états d'âme sur mes lectures , spectacles expos,rencontres. Enfin tout ce que je pense!!!!!Mais avec humour,dérision et poésie.Ce blog a été créé pour donner de mes nouvelles à tous mes amis et tous mes patients de Picardie auxquels je reste très attaché et qui me le rendent bien en m'envoyant régulièrement des mots doux. De nouveaux articles paraissent très régulièrement.Il y en a maintenant plus de 1500. INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER en donnant votre adresse mail à gauche du blog pour être prévenu automatiquement et de façon anonyme de la parution d'un nouvel article .Pour consulter tous les articles , cliquez sur "liste complète " à droite mais vous pouvez rechercher un sujet particulier dans la rubrique"rechercher"(à gauche) Pour voir les albums de photos à droite cliquez dessus et agrandissez les photos.
  • Contact

Recherchez Un Article Avec Un Mot Clé

Avant-propos

Les grincheux ,sectaires, conventionnels et intolérants n'ont pas accès à ce blog.
J'essaie en effet d'y retrouver l'amitié, la tolérance , la dérision , la confidence ,la poésie et l'amour de la nature.

Ceux qui m'acceptent tel que je suis sont les bienvenus.       

Voici des fruits , des fleurs , des feuilles et des branches,
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous ,
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux
                                                    Paul Verlaine

 

11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 07:57

Le temps dont nous disposons chaque jour est élastique:les passions que nous ressentons le dilatent,celles que nous inspirons le rétrécissent,et l'habitude le remplit.

 

                          Proust (à la recherche du temps perdu)

Peu d'amis le savent mais j'ai toujours été un obsédé de la gestion du temps pour faire le plus de choses possibles en un minimum de temps.Ma compagne me dit toujours que j'arrive à lire une revue,tout en écoutant la radio avec un oeil sur l'ordinateur mais tout en continuant la conversation !! je picore ce qui m'est utile,mais malheureusement pour moi,tout m'intéresse et me passionne:la société,la vie,les gens,les nouvelles technologies,le passé,le futur,la médecine (où là je suis un grand passionné)et bien entendu tous les sports.Alors que choisir en 2015 quand tout s'agite autour de vous ? faire le mort ou participer à tout ? j'ai choisi la seconde solution,à telle point que je culpabilise quand je ne connais pas très bien un sujet.

J'avoue que je suis un peu cinglé,mais cela m'a permis de faire énormément de choses dans ma vie et je rapporte cela à ma connaissance de la précarité de la vie: la mort nous attend toujours "au tournant" alors essayons de profiter de notre passage au maximum,tel est sans doute ma devise.

Je me souviens du marathon et de sa ligne bleue,qui est le plus court chemin,ligne bleue que je collais au centimètre près pour ne faire aucun effort supplémentaire.De même à l'entraînement ,j'essayais d'optimiser le parcours,d'éviter les côtes trop abruptes et de couper les virages au maximum.

Tous mes patients le savent bien,je les prenais un quart d'heure montre en main,j'étais très rarement en retard et malheur au malade qui n'arrivait pas à l'heure.Je me souviens que certains me disaient ,alors que l'on discutait amicalement :" Docteur,il est temps d'y aller car le quart d'heure est passé " .Un quart d'heure bien exploité,avec examen,interrogations diverses puis explications et discussions,était à mon avis le temps idéal pour bien faire mon travail et pour le patient de s'exprimer,patient que je connaissais souvent par coeur depuis des années.Bien entendu,quand un dépressif venait dans un état d'angoisse important,ou quand un patient semblait avoir besoin de parler,je le faisais revenir en fin de journée ,le soir tard pour avoir le temps de deviser et de s'exprimer.De cette manière je gérais bien ma journée.Car un médecin à l'heure,c'est confortable pour le malade mais c'est aussi très confortable pour le praticien.

Autre exemple,je rentrais très peu de temps le midi,environ 15 minutes, pour une légère collation mais selon les saisons,je courrai ,après avoir changé mes chaussures,dans le potager pour y planter une centaine ou plus d'échalotes ou une cinquantaine de salades,surtout si la pluie était annoncée et je repartais aussitôt sur les routes.(vraiment cinglé le mec!!)

J'ai crû qu'en vieillissant cela allait se calmer ,qu'avec la retraite tout allait rentrer dans l'ordre mais quand je vois la semaine passée avec les nombreux rendez-vous de Mairie,les réunions où l'on tourne souvent en rond et où je m'agite,les consultations de Médecins du Monde,le golf,l'entraînement tandem,les soirées entre amis,les petits vieux du village que j'aime visiter,la lecture,les revues médicales,,les petits enfants,le jardin et bien entendu ma chère compagne.....ouf ! certains me disent que je suis un agité du bocal et que ,même en se laissant croire que l'on fait plus de choses on occulte le plaisir du repos.Mais moi,je n'ai aucun plaisir à ne rien faire,je m'ennuie à paresser et cela ne dure jamais plus de deux minutes.

Cela a sans doute été la raison de mes très nombreuses activités physiques passées que je ne peux énumérer car trop nombreuses mais cela a sans doute été aussi la raison de mon absence à la mer(en dehors de la planche à voile) et de toutes mes vacances passées en faisant du sport ou à la montagne , car ,faire une fois pile et une fois face sous un soleil brûlant est pour moi absolument intolérable.Tout jeune ado je préférais les vacances en stop avec un copain,à l'étranger,avec une sensation de fuite en avant (et quelques fois de fuite tout court)

Je fais régulièrement des exercices de mémorisation pour voir si cette dispersion nuit à ma concentration mais il n'en est rien,en tout cas pas encore.(cela viendra,je n'en doute pas)J'ai rencontré récemment une vielle dame de mon village qui déprimait car son corps partait doucement à 90 ans et je lui ai expliqué la distorsion avec son cerveau parfaitement en ordre et son jugement éclairé.Le corps vieillit toujours,le cerveau quelquefois moins vite et la déprime se glisse entre les deux et fait son lit.

Alors que révèle cette nature obsessionnelle de la gestion du temps ? premièrement j'y recherche un équilibre car je suis sans doute le plus heureux des hommes après une journée extraordinairement bien remplie et j'y trouve un certain équilibre;mais ce n'est pas tout,et je reviens à notre "passage" évoqué plus haut,et remplir parfaitement ce passage est pour moi un plaisir mais aussi un devoir.Devoir vis à vis de mes parents,de ma famille,de mes amis et surtout de mes patients(même en retraite avec tous ces pauvres bougres qui vivent dans la rue)

Certains me parlent de la lecture qui apaise!! je la pratique tous les jours mais je suis incapable de lire un roman en dehors des très grands qui m'impressionnent comme Céline , Camus et bien entendu Proust avec sa "recherche du temps perdu" car j'ai décidé il y a des dizaines d'années que je devais lire utile .Je me concentre la plupart du temps sur les essais (actuellement dans Cosmos d'Onfray) et c'est le seul moment où je m'échappe du monde réel ,le soir très tard, mais aussi avec ma partie de golf où la concentration nécessaire est telle pour bien jouer que j'oublie tout.Je me souviens qu'en courant je faisais le bilan de ma journée à venir quand c'était le matin ou de la journée passée quand c'était le soir.

Notre société,avec les nouvelles technologies,favorise cette dispersion mais j'étais comme cela bien avant,à l'époque du magnétophone à bande(sic) !!

Je vous le répète , je suis un grand malade de la gestion du temps.Cela cache sans doute une peur de la fin mais aussi une certaine culpabilisation de ne rien faire due à mon éducation.Mon très cher père était un peu comme cela et je me souviens que tout le monde disait qu'il "avait le feu au c.." car il avait toujours quelque chose de très urgent à faire.

Alors je travaille...... mes neurones..... pour ne rien faire ,avec des exercices "de pleine conscience" (que je vous recommande ) car l'âge aidant, il est difficile de tout faire,de tout voir,de tout imaginer,de tout décider, car le corps ne suit plus aussi vite ,même si j'ai l'impression,mais ce n'est que l'impression,d'avoir 30 ans,alors je travaille du chapeau mais ce n'est pas encore gagné.

Le temps est un bien rare qui nous est imparti sans en connaitre la limite et c'est sans doute ce qui m'oblige à bien l'utiliser,pour moi mais aussi pour les autres.

Et vous que faites-vous de votre temps libre ?

Les temps sont courts à celui qui pense et interminables à celui qui désire

 

                      Alain

 

 

Hâtons-nous;le temps fuit,et nous traîne avec soi:

Le moment où je parle est déjà loin de moi.

 

                      Boileau

Partager cet article

Repost 0
Published by sage alain
commenter cet article

commentaires

Ma citation

De mes erreurs de jeunesse,ce qui me contrarie le plus n'est pas de les avoir commises mais de ne plus pouvoir les refaire

Philosophie personnelle

Que la dérision nous apporte la légéreté,la modestie et la réflexion sur le sens de notre vie.
                                Juju